Belgique : La vraie dette du pays s’élève à 426 % du PIB

La dette publique belge atteignait 96 % du produit intérieur brut à la fin de 2010. Si l’on tient compte des dépenses futures sur les retraites et la sécurité sociale qui, avec le régime fiscal actuel, ne sont pas couvertes par les revenus, la dette publique se met soudainement à flamber, à environ 426 % du PIB.

Traduction : la «vraie» dette publique belge est près de 4,5 fois supérieure à ce qu’on peut lire dans les tableaux officiels.

Ces chiffres sont avancés par le professeur allemand Bernd Raffelhüschen et son assistant Stefan Moog, tous deux liés à l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg. Le Pr Raffelhüschen a acquis ces dernières années, dans les milieux politiques, une réputation de fiabilité dans ce type d’analyse.

L’Italie, meilleur élève de la zone euro en termes de dette publique ?

En substance, Raffelhüschen et Moog ont établi une projection de la façon dont les dépenses et les revenus du gouvernement, avec la politique actuelle, évolueront au cours des prochaines décennies. L’évolution démographique surtout, déjà largement stable durant plusieurs décennies, joue un rôle très important dans ces projections. Les déficits qui se produiront dans l’avenir, ont été ramenés à des chiffres de 2010 grâce à un calcul actualisé.

Les chercheurs allemands sont parvenus, sur base de cette méthode d’estimation, à ce qu’ils appellent la «dette publique implicite», à savoir la dette qui, à politique inchangée, sera observable dans les prochaines décennies. Comme le montre le tableau ci-dessus, la dette implicite pour tous les pays étudiés (12 des 17 nations de la zone euro) est beaucoup plus grande que la «dette explicite», c’est-à-dire la dette publique inscrite dans les livres de compte du gouvernement fin 2010.

Pour tous les pays… sauf l’Italie. En effet, la dette publique italienne, si souvent décriée pour son niveau élevé, arrive sans conteste en tête de classement. Si l’on ajoute dettes publiques explicite et implicite, l’Italie arrive à 146 % du PIB fin 2010. Seules l’Allemagne (193 %) et la Finlande (195 %) s’en rapprochent raisonnablement.

Le Vif

(Merci à Gérard-le-Savoyard)</em

Étiquettes : ,

22 responses to “Belgique : La vraie dette du pays s’élève à 426 % du PIB”

  1. Lio says :

    Sont-ce des paroles prophétiques?
    En effet puisque l’UE nous contraint de plus en plus à renoncer aux instruments économiques et fiscaux, on peut gager que ces prévisions sont réalistes.
    Il appartient aux peuples européens de récupérer leur souveraineté pour faire mentir ces économistes statisticiens.

  2. stoute says :

    Les bourses et l’or viennent de bien baisser cette aprèm. Bizarre

  3. grosgege says :

    mmmmhhh… la belgique serait elle la seule dans ce cas?… j’en doute..

  4. palabre says :

    Avec leurs conneries et les indélicats qui lèvent et secouent le tapis, ça risque de partir en vrille plutôt que prévu, mais pas forcément à notre avantage !

  5. leroidesgitans says :

    En théorie, il y a pas de limite à l’endettement. On peut très bien se faire à la situation dans laquelle on rembourse ad vitam eternam une énorme dette ; dans ce cas précis, on ne rembourse que les intérêts de la dette sans jamais rembourser 1 seul euro du capital .

    Dans ce cas précis, les con-citoyens et leur descendance payeront une rente perpétuelle à l’oligarchie afin de s’assurer que jamais l’élite viendrait à s’appauvrir . On devient esclave. Pour créer cette fameuse dette : on pousse les gouvernements à s’endetter pour financer une société multiculturelle

  6. lionel says :

    Il faut bien savoir que la situation de la France est exactement la même. Quand on dit que la dette représente 80 % du PIB, on ne parle que de la dette réelle, et pas des engagements tels que les retraites à payer ou les cautions diverses pour lesquelles l’Etat français s’est engagé à payer. (L’Etat est caution de prêts de plein d’organismes (Sécu, SNCF) mais aussi d’Etats étrangers, notamment avec les dernières dispositions de Sarkozy.

    Le seul argument à cet « oubli » est que ces engagements ne créent pas de charge d’intérêts à payer.

  7. gordon says :

    On peut aussi décider de se décrocher de la finance et d’annuler le paiement de sa dette pour 5 ans.

    C’est le grand huit, et il faut une élite politique avec des slips en kevlar, et un peuple à la hauteur, conditions absolument pas réunies actuellement.

  8. Imperial W. says :

    leroidesgitans says : 14/12/2011 à 21:42

    Ce type d’obligation existe déjà: cela s’appelle précisément des « obligations perpétuelles » et leur régime obéit au mécanisme que tu décris.

  9. Imperial W. says :

    lionel says : 14/12/2011 à 21:49

    « Le seul argument à cet “oubli” est que ces engagements ne créent pas de charge d’intérêts à payer. »

    Ah bon ? Vous prétendez donc que l’Etat, grâce à ses excédents budgétaires légendaires, va faire face à ces échéances sans recourir à l’emprunt ?

    Bien sur que non. Il sera contraint, comme pour le reste, d’emprunter abondamment, et à des conditions notablement dégradées.

  10. leroidesgitans says :

    D’autant plus que ça servirait à quoi pour un Président de faire le ménage ? C’est tellement risqué ! S’endetter pour les générations futures, c’est tellement plus facile.

    A y penser, je me dis quel les nations sont encore authorisées à exister car c’est le meilleur moyen de racketer un Peuple en une fois !!!

    Imaginez un monde sans frontière et ultra libéral, au nom de quoi pourrait t’on me taxer autrement que pour des raisons individuelles ?

  11. Imperial W. says :

    leroidesgitans says : 14/12/2011 à 22:06

    La question serait plutôt « au nom de qui » vous taxer. Dès que des services publics existent monde ultra-libéral ne signifiant pas exactement « anarchie »), des recettes fiscales sont prélevées.

  12. barbapapa says :

    les vrai chiffres (à part pour les US bien entendu) sur zero hedge ici en graphique :

    http://www.zerohedge.com/news/guest-post-world-drowning-debt-and-europe-laces-concrete-boots

    UK : 500%
    Japan : 500%
    spain :366%
    France : 350%
    Italy : 313 %
    Corée du sud :306 %
    Allemagne :294%
    Canada : 275 %

    US : difficile de savoir, L’ancien conseiller économique de Reagan, Laurence Kotlikoff, a calculé que la vraie dette des US est de 211.000 milliards de dollars, et pas 14.000.

  13. QUAI 27 says :

    En tout cas, le nouveau et très provisoire 1er ministre belge, Di Rupo (socialiste), va en chier avec ce dont il hérite.
    Nous sommes dans la même panade. Et c’est pour ça que les socialistes français ne se précipitent pas sur la campagne électorale. Hollande y va à reculons, Titine est discrète. Seuls quelques opportunistes de naissance semblent s’accrocher; exemple: Lang.
    Il me semble donc que le PS n’a pas vraiment envie d’être aux commandes seul en 2012. Je le sens comme ça. L »‘héritage » est pourri; ça fait peur aux socialos. On peut les comprendre: jamais de courage, jamais de prise de risque, même pas d’dées…

  14. Boreas says :

    Comme l’a dit barbapapa, si on calcule comme ça, la dette réelle des Etats-Unis est de 211.000 milliards de dollars, soit 1.400 % du PIB :

    http://verslarevolution.hautetfort.com/archive/2011/05/15/les-etats-unis-d-amerique-sont-vraiment-en-faillite.html

    Quant au Royaume-Uni, il en est à 1.000 % selon Max Keiser :

    http://fdesouche.com/2011/12/13/max-keiser-la-dette-de-langleterre-atteint-1000-de-son-pib-video/

    … mais à mon avis, celui-ci est encore en-dessous de la vérité.

    Alors, la Belgique…

  15. BA says :

    Mercredi 14 décembre 2011 :

    La crise de l’euro alarme de nouveau les Bourses.

    Le CAC 40 a décroché sous 3.000 points, sur des rumeurs de perte du AAA français. Les craintes persistantes sur la crise de la dette européenne ont entraîné l’euro au plus bas depuis janvier et fait grimper le rendement des obligations de l’Italie.

    Déprimées par les inquiétudes sur l’Europe, par la pression des agences de notation et les commentaires de la banque centrale des Etats-Unis, les Bourses européennes ont vacillé, mercredi 14 décembre.

    Le CAC 40 a chuté de 3,33% à 2.976,17 points. La Bourse de Paris a été plus affectée que les autres en raison de nouvelles rumeurs de perte du « AAA » de la France. La place de Francfort a perdu 1,72% et Londres a perdu 2,25%.

    L’euro poursuivait sa chute face au billet vert (porté, lui, par les commentaires de la Fed mardi). La monnaie unique a glissé sous le seuil de 1,30 dollar pour la première fois depuis le 12 janvier. Elle s’échangeait autour de 1,2975 dollar à 17h45.

    « La crainte d’une dégradation imminente des notes de la zone euro et les baisses des marchés boursiers ont placé la monnaie européenne à son plus bas depuis 11 mois », commente la National Australia Bank citée Dow Jones Newswires.

    La chancelière allemande Angela Merkel, qui s’est exprimée devant le Parlement, a estimé que la crise de la dette s’est muée en « crise de confiance » à l’égard de toute l’Europe. Elle a répété qu’en sortir prendra des « années » et appelé à la patience.

    Pour Gregori Volokhine chez Meeschaert, les investisseurs ont commencé à réaliser que « ce qui a été promis vendredi (à l’issue du sommet européen de Bruxelles, ndlr) était non seulement insuffisant, mais ne résolvait aucun problème ».

    La tendance à la vente s’est accélérée en fin de matinée, alors que l’Italie a concédé un rendement record de 6,47 % lors d’une adjudication d’obligations à cinq ans, sa première depuis le sommet européen de vendredi dernier. Ce rendement est à comparer avec un taux de 6,29 % servi lors d’une adjudication similaire il y a un mois, et qui constituait déjà un record.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201795211133-la-crise-de-l-euro-alarme-de-nouveau-les-bourses-263081.php?google_editors_picks=true

  16. Lurker says :

    Ce genre de calculs, c’est de la foutaise. On ne compte que les dépenses et on oublie les recettes. Pour donner un point de comparaison, c’est un peu comme si on disait qu’un enfant a 3 millions d’euros de dettes à la naissance, ce qui correspondrait à ses dépenses personnelles au cours de la vie en oubliant de préciser qu’il travaillera et gagnera sa vie.

    Par contre, claironner ce genre de « chiffres choc » (et bidons) n’est pas innocent. Il s’agit de faire de peur au citoyen de base pour le convaincre de la banqueroute « inéluctable » des systèmes sociaux (auxquels il a cotisé toute sa vie) et qu’il ne peut donc rien faire face aux « réformes nécessaires » qui évidemment se feront sur son dos pour remplir les poches des copains du pouvoir. Cette méthode a remarquablement bien marché aux USA depuis l’arrivée de Ronald Reagan en 80, avec en particulier le pillage du système public de retraite (Social Security) pour financer les baisses d’impots pour les 1% les plus riches.

  17. Imperial W. says :

    Lurker says : 15/12/2011 à 00:12

    L’un n’est pas exclusif de l’autre.

  18. sacripant says :

    Imperial W. says : 15/12/2011 à 00:14

    au sujet du dénommé abdel expulsable pour faiblesse scolaire…. amusant comme certains se scandalisent d’un fait observable quoitidiennement : la nullité scolaire de ces cafards ….
    ….le plsu surprenant etant d’avoir laissé rentrer et laisser encore rentrer ou naitre ce type de betéeséilasables (ds le sens nobelisables) ici….

    1 000 000 d’arabes en echec scolaire… 1 expulsion

  19. Imperial W. says :

    sacripant says : 15/12/2011 à 00:18

    « 1 000 000 d’arabes en echec scolaire… 1 expulsion »

    Je pense que tu es encore en-dessous de la réalité. En fait, nous avons 15 millions d’allogènes en situation d’échec de francité. Et définitivement infrancisables.

  20. sacripant says :

    certes à voir ces cheveux crépus et levres enormes la tentation est grande de les considérer comme des enfants sauvages à éduquer, comme des apprennets perpétuels….

    ..tou ça est du paternalisme jacobin e tje me refuse pour ma part a considérer les ecoles comme le lieu ou l’hypothetique francisation devrait se jouer …

    … d’autres endroits plus appropriés ont fait leur preuve dans le passé …a l’heure des prefabriqués rois et de la vulgarisation de la voute nubienne … ça ne sera pas un exploit technique de re-créer ces espaces

  21. sacripant says :

    Mentions Légales
    Ce blog est édité par Tilak RAJ.

    1203/10 Govind Puri, kalkaji, New Delhi 110019, Inde

    Pour toutes questions, requêtes ou réclamations vous pouvez contacter l’éditeur par courriel à l’adresse suivante : fdesouche@india.com

    —————

    mdr

  22. Eisbär says :

    US : difficile de savoir, L’ancien conseiller économique de Reagan, Laurence Kotlikoff, a calculé que la vraie dette des US est de 211.000 milliards de dollars, et pas 14.000.

    _________________________________________________________

    A National Debt Of $14 Trillion? Try $211 Trillion :

    http://www.npr.org/2011/08/06/139027615/a-national-debt-of-14-trillion-try-211-trillion