Génocide arménien: «Je suis choquée par l’ingérence turque dans les affaires françaises»

Valérie Boyer, la députée UMP de Marseille à l’origine de la proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien, s’explique sur «20Minutes»…

Ankara menace de représailles économiques, diplomatiques et culturelles…

Je suis extrêmement choquée par l’ingérence turque dans les affaires françaises. La France ne fait que transposer une directive communautaire et je trouve la position turque paradoxale à l’heure où le pays tape à la porte de l’Union européenne.

C’était pareil en 2001, et c’est passé. La Turquie a des relations avec d’autres pays qui reconnaissent et/ou pénalisent le génocide arménien. Mais l’attitude très agressive des Turcs montre la nécessité absolue de générer sur la question. Si on avait besoin d’une preuve, la Turquie nous la donne. Politiquement, ce n’est plus possible de reculer sur cette question. L’agressivité et la diplomatie de la menace créent de l’unité nationale. Par ailleurs, en matière économique, la Turquie est tenue par des traités internationaux, notamment à l’OMC.

20minutes.Fr

80 responses to “Génocide arménien: «Je suis choquée par l’ingérence turque dans les affaires françaises»”

  1. F says :

    C’est vrai que l’attitude Turque n’est pas acceptable.
    Mais vouloir légiférer sur l’Histoire est une c…ie dont vous auriez pu vous passer, Madame la député. Mais à l’impossible nul n’est tenu!

  2. Domn Tihomir says :

    adamastor says : 21/12/2011 à 21:03
    —-

    Nous n’avons aucune influence sur les « ottomans ». Par contre le sujet des lois mémorielles nous touche de près, et est plus proche des gens.

  3. Satinier says :

    Et bien voici l’avis d’un Arménien. Soit personne n’a sa loi, soit tout le monde mérite sa loi. Je suis de tout coeur avec les Français quand il s’agit d’islamisation. Je suis avec les Français de souche quand ils se plaignent à juste titre d’une forme de remplacement de population. Je reste très laic, fort peu religieux. La religion est une hérésie qui coute les yeux de la tête à l’humanité et surtout rend aveugle.
    Néanmoins, je préfère les Arméniens aux Turcs, bien que je sois mille fois plus mêlé aux Français qu’aux Arméniens; je comprends les Français qui disent ni l’un ni l’autre, après tout je comprends même le  »cela ne nous regarde pas ». Mais si les NOIRS ont leur affreuse loi mémorielle, si les MAGHREBINS ont leur loi mémorielle sans s’occuper pour autant de quiconque que de leur pomme, si la Shoah anti juive est reconnue de tous sans contestation, pourquoi la FRANCE ne reconnaitrait-elle pas le Génocide, le Massacre des Arméniens par les nations Musulmanes dans le silence occidental de 1915 ? Pourquoi les Turcs ne paieraient-ils pas en tant qu’Etat ? Pourquoi les Arméniens n’auraient-ils pas droit à une existence en tant que communauté, puisqu’elle est permise à plein d’autres communautés? Pourquoi les Arméniens n’auraient pas le droit d’exister dans un pays ou Noirs et Arabes prennent le pas dans l’espace public?

    Nous ne sommes pas des envahisseurs, nous ne sommes pas des colons. Les Turcs, nation meurtrière partisane avérée, font aujourd’hui pression en Méditerranée sur les Chypriotes, les Grecs , les Kurdes, les Juifs. Et en Europe sur les Allemands, cf faits divers. Pourquoi un autre peuple devrait se taire sans que les Européens ne s’en inquiètent?
    Ce ne serait que justice réelle et égalité, meme si je suis d’accord pour dire qu’on n’efface pas l’histoire arménienne, ni avec des textes de lois, ni avec des pleurs.

    On l’efface en construisant une histoire nouvelle. Si les Turcs veulent entrer dans l’Europe, ce que je ne souhaite absolument pas, il faudrait que les Turcs se laicisent et oublient cet islam fanatique, nationaliste et conquérant par la violence extrême qui a couté un million ++ à un peuple Chrétien, des milliers de vies aux Kurdes.

    Ce texte de loi a évidemment des visées électoralistes.

    Alors les Turcs laics, oui; les Turcs Nationalistes, non merci.

    Ne confondons pas des prudents avec des racailles arrogantes, et encore une fois, l’erreur originelle a été d’accepter ET les uns, ET les autres. L’Europe devra clairement se décider : Soit nous sommes Turcs, soit nous sommes Arméniens.

    Je suis Arménien. Mais Français avant d’être autre chose.
    La France m’a accueilli. C’est pourquoi nous devrons éternellement la remercier.

    Et madénian m’a fait honte. Mais il n’a JAMAIS massacré. Différence de NATURE.

  4. Benoit XVII says :

    Précision: les Arméniens n’ont pas été assassinés parce qu’ils étaient arméniens, mais parce qu’ils étaient chrétiens. J’ai pas mal étudié la question et ne nous y trompons pas: finalement cet islamiste turc a raison, il n’y a pas eu de génocide arménien, mais il aurait dû terminer sa phrase, il s’agit d’une persécution anti-chrétienne de grande ampleur. D’ailleurs vu le nombre de chrétiens qui restent en Europe, est-ce que ça choquerait quelqu’un? Ah oui, c’est vrai le pomitiquement correct ne reconnaît aucune persécution anti-chrétienne à part celle de Néron…

  5. Solidarité chrétienne avec les arméniens says :

    En tant que pays européen de race blanche et de religion chrétienne (enfin ce qu’il en reste) la France à le devoir d’être solidaire du peuple arméniens.

    Cela dit j’ai quand même tendance à être contre les lois mémorielles qui sont liberticides.

  6. Domn Tihomir says :

    Pas d’accord Benoit XVII, le génocide a été commis par les jeunes turcs nationalistes qui ont abolis le califat. Donc je pense pas que ce soit religieux.

  7. Allalimite says :

    Aucune sympathie pour les moustachus à la viande qui pue, par contre j’en ai bien plus pour Valérie Boyer

    L’important en politique, c’est les convictions!

  8. Dagordagorath says :

    « A toi Erdogan Grand Vizir d’Anatolie, Zélote de la bigoterie islamique, contempteur du pédoprophète arrangeur de minaret à bayonettes et de mosquées casernes, toi premier ministre de la nation turque qui n’a plus de laique que le nom, persifleur de la Grande Porte pleine de suffisance.

    Nous gaulois avons décidés de te répondre qu’il n’y aura pas de considérations pour tes couinements de porcelet envers notre envie de faire ce qu’il nous plait chez nous.
    Roule toi dans ton auge, lamente toi auprès de tes femmes voilées de tes crimes d’honneur et de tes mariages arrangé.
    Monte une nouvelle flotille pour la paix remplie d’islamistes belliqueux.
    Rassemble tes loup gris implantés en Europe, emmerde les chypriotes et les grecs, ferme tes frontières avec l’Arménie si cela peut te calmer.
    Rappelle à tes frère d’Allemagne qu’ils y sont des colons si cela te chante.
    Inonde les universités du fou Arun Yahyah et de sa théorie loufoque qui ne vaut pas un groin de cochon, ni ses oreilles.

    Si il est de notre plaisir de rappeler les erreurs de ton peuple comme nous le faisons en ce qui nous concerne, c’est notre bon droit.

    Et pour finir va niquer madame ! »

  9. Claude says :

    et ne jamais oublier que les Arméniens furent la première nation à embrasser le Christianisme !!

  10. Claude says :

    en Turquie, les cartes nationales d’ identité portent la religion du concerné

    ça permet de lire immédiatement la confession de celui qui est interpellé

    et

    « selon que vous soyez puissant ou misérable…..les jugement de la matraque vous éviteront ou vous échymoseront »

    ç’est le genre de trucs que peu de ‘touristes » savent en allant a Izmir ou Kusadazi

  11. Claude says :

    les Chrétiens oubliés

    « Et les chrétiens coréens ? (info # 012112/11) [Analyse]

    Par Raphaël Delpard © Metula News Agency

    Le dictateur nord-coréen Kim Jong-il est mort, mais les chrétiens de ce pays continuent d’être persécutés en raison de leur foi, dans l’indifférence des grandes institutions : ONU, Commission des droits de l’homme et Union Européenne.

    La famille Kim règne sur la Corée du Nord depuis 1948, sans partage, selon la formule. Dans ce pays, qui se trouve au sommet de la persécution parmi les cinquante pays répertoriés comme étant les Etats persécuteurs de chrétiens, la dégradation de la situation des chrétiens, entamée il y un siècle en Corée, s’est accentuée depuis la prise de pouvoir par les Kim.

    Maintenant, Kim Jong-il venant de mourir, il y a fort à parier que son héritier, Kim Jong-un, n’adoucira pas le sort des chrétiens.

    Avant l’arrivée des Kim au pouvoir, les chrétiens représentaient environ 80% de la population nord-coréenne ; la capitale, Pyongyang, était alors appelé la « Jérusalem de l’Orient ».

    En fin de semaine, dans les églises comme dans les temples réformés, les fidèles se bousculaient pour assister aux célébrations religieuses. Une période paisible s’écoulait, durant laquelle prier n’était pas considéré par les autorités comme une attaque contre le pouvoir.

    Depuis l’établissement de la Corée du Nord, les chrétiens ont été systématiquement et résolument exterminés. Les responsables religieux ont été jetés en prison ; nombreux furent torturés et exécutés.

    Les informations recueillies au fil des années nous permettent d’affirmer que le pouvoir a planifié l’élimination des chrétiens et de leurs enfants.

    Les organisations internationales humanitaires et des droits de l’homme n’étant pas autorisées à pénétrer sur le territoire nord-coréen, et ne faisant d’ailleurs aucun effort pour y parvenir – ici pas de coalition pour renverser la dictature et sauver les chrétiens -, il est impossible d’établir précisément le nombre de civils emprisonnés à cause de leur foi, dans les prisons ou dans les camps.

    Cependant, il semble que l’on puisse raisonnablement avancer le chiffre stupéfiant… d’un million de personnes privées de liberté [1]. Actuellement, il y aurait encore entre cinquante et soixante-dix mille personnes enfermées dans des camps de travaux forcés.

    Rappelons, pour l’ironie, qu’en accédant à l’indépendance, en 1948, la Corée du Nord a signé la Charte universelle des droits de l’homme, probablement afin d’être reçue comme membre à part entière à l’ONU. D’autre part, il importe de signaler que la constitution nord-coréenne garantit à chaque citoyen la liberté de culte, de conscience et de pensée…

    La dictature des Kim s’est inspirée des goulags soviétiques pour installer ses camps de concentration. Vu d’un avion, le regroupement des toits pourrait faire penser à un village paisible. En effet, l’uniformité des maisons, bâties sur un modèle identique, instaure un climat de douce monotonie, et les rues, d’une propreté irréprochable, renforcent cette impression de quiétude.

    Vus d’avion, ces camps d’internement rappelleraient aux Français les cités minières du Nord, avec leurs pavillons semblables les uns aux autres. La comparaison s’arrête là. Car ces villages sont, en réalité, à l’instar des goulags soviétiques de sinistre mémoire, des lieux de souffrances, d’exécutions et de mort.

    La presse internationale se garde bien de révéler le nombre de Coréens qui, chaque année, fuient le pays, le plus souvent dans un dénuement total. Pourquoi ce silence ? Cette complicité ?

    Le pouvoir a mis en place des moyens pour freiner l’exil de ses administrés. Le nombre de réfugiés passant par la Chine a diminué, l’ « aménagement » de la rivière [2] à traverser en étant la cause principale : des pièges au fond de l’eau, identiques à ceux utilisés par les chasseurs de loups et de renards, se referment sur les jambes du fuyard et lui broient impitoyablement les chairs.

    Des fosses sont creusées dans le lit de la rivière, recouvertes d’un mince tapis de mousse ; au fond, des pics aux pointes acérées attendent le fugitif. De chaque côté de la frontière, les policiers patrouillent sans relâche, de jour comme de nuit.

    Des malheureuses appréhendées à la frontière chinoise

    Les clandestins récupérés par les agents chinois sont reconduits sans ménagements, remis à leurs collègues nord-coréens… avant d’être exécutés sur le champ, sans autre forme de procès, dès leur arrivée dans la capitale.

    Dans cet enfer qui est le leur, les chrétiens continuent pourtant à vivre leur foi. Ils sont un exemple de courage et de dignité, un îlot d’humanité au cœur de la fatalité.

    Comme il fallait s’y attendre depuis l’annonce de la mort de Kim Jong-il, les radios et les plateaux de télévision d’Europe s’emplissent du bruissement des analystes de service, sans qu’aucun de ceux que j’ai pu entendre, n’ait évoqué le sort des chrétiens.

    Si la guerre en Libye a réellement été déclenchée pour protéger la population civile, que faut-il faire alors en Corée du Nord ? La survie des communautés chrétiennes ne pèse pas très lourd, ces temps, à la bourse des populations persécutées. Pourquoi, parce que ces gens nous ressemblent ? Aurions-nous à ce point honte de notre civilisation ? De nos valeurs ? De nous ? C’est incompréhensible.

  12. Gauloise blonde says :

    Les Turcs en Allemagne : les invités s’emparent de la maison.
    et……. la Merkel file doux !

    http://www.postedeveille.ca/2011/11/les-turcs-en-allemagne-les-invites-semparent-de-la-maison.html

  13. Oratoire Notre-Dame de Fatima says :

    Valérie Boyer, qui veut faire rembourser la circoncision, est-elle bien placée pour s’exprimer à ce sujet ?

  14. rt says :

    Je réponds ici à ceux qui disent qu’il faut pas légiférer sur l’histoire :

    Je vais aller un peu à contre-courant.

    C’est une loi politique, pas une loi pour l’histoire.

    Mais… c’est pour ça que je suis pour, oui pour!

    Car c’est une loi qui rappelle que des citoyens français ne sont là que parce que leurs ancêtres ont été génocidés par les jeunes turcs. Sous les ottomans certes, mais par les jeunes turcs, dont l’élite créera ensuite la République turque actuelle.

    Et c’est une loi qui dit à la petite Arménie, qui a pour seule alliée la Russie, que la France est aussi à ses côtés.

    Voilà pourquoi je suis pour.

    Je me fiche du débat sur les lois mémorielles. C’est de la politique et ça va dans le sens voulu.

  15. Brabra says :

    « Ankara menace de représailles économiques, diplomatiques et culturelles… »

    Oula, on est tous morts de trouille ! 😀

    Je pense que la Turquie fait feu de tout bois pour emmerder la France parce qu’elle refuse son entrée dans l’Union Européenne.

    Tout simplement…

  16. nicorak obazy says :

    brabra, « la France parce qu’elle refuse son entrée dans l’Union Européenne. »??

    n’importe quoi!

    Sarkozy signe tous les traités de pré-adhésion de la Turquie

    c’est Sarko qui a retiré l’obligation de referendum sur l’entrée de la Turquie en Europe 😦

  17. Zebulon says :

    Si je comprend en pleine panique économique nos chers députés statuent sur des lois cherchant à museler et à criminaliser la liberté d’expression… Bande de (biiip) !

  18. cril17 says :

    Une loi qui va faire un four dans l’Hémicycle, pendant que cela chauffera à l’extérieur ?

    http://cril17.fr/

  19. Ariel la charogne says :

    Après la Shoah business ont ce avoir droit à la souha ( chatte vagin ) business mdrrr

  20. Stormisbrewing says :

    Ingérence turque, algérienne, marocaine, du Qatar, américaine, bruxelloise…. ça fait beaucoup pour un si petit pays, cela prouve que nous ne sommes plus maîtres chez nous !!!!! Sortez de votre léthargie, bon sang !!!!

  21. Casimir65 says :

    A Stomi…..
     » cela prouve que nous ne sommes plus maîtres chez nous !!!!! Sortez de votre léthargie, bon sang !!!! »
    ??!!
    On fait quoi exactement ?
    hein ….

  22. France réveille toi says :

    En tant que pays européen de race blanche et de religion chrétienne (enfin ce qu’il en reste) la France à le devoir d’être solidaire du peuple arméniens.

    Cela dit j’ai quand même tendance à être contre les lois mémorielles qui sont liberticides.

    +1 et j’ai eu l’occasion pendant plusieurs années de fréquenter des arméniens à Alfortville où ils sont très représentés et où ils étaient en nombre au lycée DELACROIX de Maisons-Alfort.
    C’est une communauté que je qualifierais de « non communautaire »; c’est à dire, non renfermée sur elle-même, très ouverte aux autres, qui ne parle pas sans arrêt du génocide qu’elle a subi, comme peuvent le faire les juifs, à juste titre, mais un peu trop à mon goût.
    Je n’ai connu que des bons élèves et bons camarades parmi eux, et tous très bien éduqués, pas comme certains qui viennent d’un continent que je ne citerai pas de peur de souiller mon clavier.

  23. Imperator. says :

    Ah quand même, il y a quelqu’un de l’UMP qui réagit! Un peu tard, mais bon, mieux vaut tard que jamais.

  24. pierrelermite says :

    Ceux qui considérent que cette »loi » -qui criminalise la liberté de la recherche historique et la liberté d’expression- est une preuve d’ l’ « indépendance de la France » ferait bien de relire les propos de Mme Boyer : il s’agit de transposer UNE DIRECTIVE EUROPEENNE !!!!!!
    Jze précise à nouveau que le génocide arménien commis par mles Turcs ne fait aucun doute pour moi et Qque les Turcs comme tous les peuples mahométans me font horreur, mais on sera bien avancé quand en s’appuyant sur ce texte , entre mille, les députés vont nous pondre une « loi » criminalisant l' »islamophobie ». Sarko est pr^t à tout pour racler des voix dans toutes les « communautés » puisque pour lui la France n’est que ça « un agrégat de peuples désunis ». Quant aux social-traîtres, le sinistre Bruno Le Roux, sur France-Intox ce matin, faisait savoir « à nos amis turcs » qu’une fois acceptée cette petite entorse à leur exquise sensibilité, on pourrait « construire l’Europe avec eux ».
    J’espère que tout le monde a bien compris ce qui est en jeu.

  25. Fromentin Eugène says :

    LA HAINE EST MAUVAISE CONSEILLERE.
    LE CAMOUFLET EST INUTILE.
    Ce qui commence à être possible de discuter librement en Turquie, va devenir impossible en France ! Quelle urgence y a-t-il à interférer dans un processus de mémoire et de réconciliation entrepris par la Turquie et l’Arménie ?
    Il est évident que la proximité d’élections influe sur le débat et que nos députés prompts à satisfaire les demandes des lobbies, aveuglés par des calculs électoralistes, perdent une bonne part de la sérénité nécessaire. Décidément le manque de bon sens est une constante des députés à courte vue qui n’ont mesuré ni les conséquences politiques, économiques, philosophiques, sociales de leurs actes.
    Tout bien considéré, cette attitude est arrogante ! Elle est aussi est une atteinte aux libertés fondamentales de pensée. Il fallait oser, voici que l’on peut pénaliser une façon de pensée lorsqu’elle déplait. Le délit de penser !
    Ce Texte criminalise la liberté, au moment même où cela est reproché à la Turquie. Comment conjuguer la liberté d’expression garantie dans notre constitution et cette loi, car elle touche à un des droits les plus fondamentaux de nos démocraties : la liberté d’expression. Elle démontre le décalage d’une partie de la classe politique française aveuglée par des calculs électoralistes.
    Stupide et inique de la part de la France qui est une ancienne puissance coloniale et qui n’a jamais reculé devant les exactions commises pendant plus d’un siècle sur le peuple algérien par exemple et qui s’est toujours refusé à le reconnaître.
    La France aurait tout à gagner à « réduire » la crise qu’elle a provoquée, pour renouer des relations bilatérales cordiales, apaiser la colère légitime de la population turque à son encontre et préserver ses perspectives économiques dans cette zone ; notre pays n’a aucun intérêt à maintenir un état d’épreuve de force avec la Turquie qui a régulièrement affiché son admiration pour le modèle historique et démocratique français.
    Les autorités d’Ankara ont trouvé le mot juste : une «éclipse de la raison» ! Aggravant de manière intolérable les atteintes à la liberté d’expression, il est de notre devoir de citoyen de dénoncer le «caractère liberticide» de cette loi dont l’opportunité est fortement discutable. L’Assemblée nationale va-t-elle rejeter le droit fondamental de cette liberté d’expression. Ce serait un coup grave. Ce texte est parfaitement contre-productif vis-à-vis de la Turquie, car dans le cas où elle entrerait en vigueur, elle empêcherait le dialogue et le débat nécessaire pour la réconciliation sur ce sujet entre les deux pays ( Turquie- Arménie ). La Turquie avait commencé à bouger sur ce dossier en créant une commission d’historiens pour établir la vérité historique sur ce sujet.
    En dernier lieu, et ce n’est pas la moindre des raisons, il faut être opposé à l’idée que « le Parlement légifère sur l’histoire », « ce n’est pas à la loi d’écrire l’histoire ». La question Turco/Arménienne est d’une nature, qui ne relève pas du code pénal français. Il revient au peuple turc de faire son travail de mémoire et à la diplomatie de l’y inciter. Comme les autres lois «mémorielles», le texte sur le génocide arménien est critiqué par la grande majorité des historiens français.
    Le Parlement ne doit pas légiférer sur l’Histoire ! Il serait idiot de vouloir nier les massacres qui ont eu lieu à l’encontre de la communauté arménienne de Turquie (ce que les autorités turques n’ont jamais contesté), ni de polémiquer sur le bien fondé du terme « génocide » pour qualifier ces exactions. Toute fois, ce vote appelle quelques réflexions. Dans la forme, le procédé est contestable, voire choquant. Peut-on admettre, en effet, que l’histoire soit dictée par le pouvoir ou par des politiciens ? De telles méthodes ont existé par le passé et se pratiquent toujours dans des régimes aux antipodes de la démocratie telle qu’elle est théoriquement conçue dans le pays qui se dit «le pays des Droits de l’Homme» (URSS, Chine et autres spécialistes totalitaires de la falsification de l’Histoire et de la pensée unique).

    L’HISTOIRE EN REGRESSIONS
    Sans renier les douloureux évènements durant la guerre de 1915, il me semble que les hommes politiques aient la mémoire bien courte. La formation de l’URSS fut le résultat de la révolution russe du 7 novembre 1917, dite « d’Octobre » (à cause des 13 jours de décalage entre notre calendrier grégorien et le calendrier julien encore suivi par les églises orientales), qui succéda à la révolution bourgeoise, dite de Février 1917, qui mit fin au règne du tsar Nicolas II. Selon certaines estimations, entre 1921 et 1954, 3,7 millions de personnes furent condamnées pour des crimes « contre-révolutionnaires » bidonnés ; parmi eux, 600 000 furent condamnés à mort, 2,4 millions emprisonnés ou envoyés dans des camps de travail (les Goulags), et 800 000 condamnés à l’expatriation. Le haut encadrement de l’Armée Rouge ne fut pas plus épargné (affaire Toukhatchevsky) et subit une épuration qui devait affaiblir l’URSS pendant le début de la Seconde guerre mondiale.
    Parle t-ont de Génocide ?

    CHINE
    Environ un million de partisans du « grand timonier », les gardes rouges, souvent des jeunes et des ouvriers, se réunissent sur la place Tiananmen à Pékin pour acclamer Mao. La chasse aux sorcières contre « les éléments noirs » est alors ouverte. Les gardes rouges entendent œuvrer pour « la reconstruction socialiste ». Les exactions des gardes rouges, très fanatiques partisans de Mao, inspirés par le « petit livre rouge », sont passées sous silence, notamment les massacres, les viols des jeunes filles…
    La Révolution culturelle aurait fait des millions de morts. Mais on ignorera vraisemblablement toujours le nombre réel de victimes d’une période qui dura 10 ans, jusqu’à la mort de Mao en 1976. Une période marquée par les purges et l’envoi à la campagne de millions de personnes, notamment des jeunes et des intellectuels « bourgeois » et « capitalistes ». Il fallait ainsi faire « rééduquer » ces malheureux « par les paysans pauvres » et le travail manuel.
    Révolution culturelle ? Au sens de l’éradication des valeurs traditionnelles. Avec ferveur, les gardes rouges, détruisent des milliers de temples et sculptures (bouddhistes pour la plupart), des instruments de musique, des antiquités… Comme le disait le rival (et successeur de Mao), Deng Xiao Ping, « qu’importe qu’un chat soit noir ou blanc pourvu qu’il attrape les souris », métaphore de l’adaptation aux évènements… Et pendant ce temps-là, à Pékin, Chinois et étrangers continuent de visiter le mausolée du « grand leader » en payant pour déposer une fleur (en plastique) devant la dépouille.
    Dans certains rassemblements, les « déviants » doivent faire leurs autocritiques. Ces « contre-révolutionnaires » sont ensuite jugés sommairement et exécutés en public. Ou envoyés dans des camps de travail.
    Parle t-ont de Génocide ?

    USA
    L’éradication pratiquement totale de la population indienne d’Amérique par les fameux cow-boys…
    Parle t-ont de Génocide ?

    Si les politiques laissaient enfin les historiens faire leur travail. « On a communautarisé la question, déplore Gaïdz Minassian, chercheur en relations internationales. La France devrait choisir une autre approche, en favorisant les réformes démocratiques de la Turquie comme de l’Arménie. Car seule la démocratisation permettra de regarder réellement l’histoire en face ».
    Ce vote est-il l’urgence pour la France en ce moment ? Cette loi ridicule, « punitive », est inutile, la France n’est pas le centre du monde, force est de constater que nous regardons la « paille dans l’œil du voisin et non la poutre dans le nôtre ». Le rejet de la Turquie par une majorité de nos politiques n’est pas seulement une erreur, mais une terrible faute. Cette attitude reflète parfaitement la méconnaissance de la réalité turque et de l’incapacité de dépasser des perspectives électorales à court terme ; en ce sens et au vu des conséquences catastrophiques que risque d’avoir le vote français sur les relations franco-turques, c’est plus qu’une erreur tactique, c’est une faute majeure dont les conséquences seront désastreuses pour nous !

  26. chtroll says :

    Maintenant , tout le monde se permet de venir en France pour nous donner des leçons ou mettre le nez dans nos affaires ou encore exiger des tas de choses . Les USAs se permettent de manipuler nos pépites afin qu´elles plantent un peu plus la merde , le Quatar aussi , les turcs essayent nous empêcher de voter des lois ,et pas un jour sans une manifestation d´étrangers qui veulent ci ou ça . Il fût un temps où ces choses là non seulement n´existaient pas mais si , d´aventure elles se soient passées , la réponse aurait d´abord été : arrestation des planteurs de merde , suivie d´un coup de pied au cul à la frontière et interdiction de montrer son nez en France à perétuité .
    Aujourd´hui , n´importe quel étranger peut , sans la moindre crainte d´ètre inquiété commettre les pires exactions et les pires crimes . De plus , plus ils en veulent , plus on leur en donne !
    On marche vraiment sur la tête en France .

  27. Keldegouth says :

    Ankara menace de représailles économiques, diplomatiques et culturelles…

    culturelles??

  28. Natrép says :

    Politiquement, ce n’est plus possible de reculer sur cette question.

    En résumé, on a le choix entre reculer en passant pour des lâches soumis à la Turquie, et passer une loi instituant un nouveau crime de pensée (après Gayssot, Taubira, lois « antiracistes », etc.).

    BIEN JOUÉ, UMP. 😯

  29. Julia f says :

    Yaaaa.
    Et si un jour on filme des gens déguisés en soldats de Tsahal avec des palestiniens opprimés aux alentours , la clique médiatique juive va réagir ??.

  30. Allalimite says :

    La présidente de l’association France-Israel: Génocide arménien: «Je suis choquée par l’ingérence turque dans les affaires françaises»

    Moi: Génocide arménien: «Je suis choquée par l’ingérence du lobby juif dans les affaires françaises»

    Ils nous prennent vraiment pour des cons à essayer de nous embarquer dans leurs bisbilles avec les Turcs… et dieu sait que je ne peux pas saquer les moustachus à la viande qui pue.

%d blogueurs aiment cette page :