Et le génocide vendéen alors ? (Atlantico)

Jeudi dernier, les députés ont adopté la proposition de loi sur la pénalisation de la négation des génocides. Le texte remet ainsi le génocide vendéen, occulté dans les livres d’histoire, au cœur des discussions. La France a-t-elle une mémoire sélective ? […]

Dans ce cadre, il s’agissait de créer l’homme nouveau, ce qui passait obligatoirement par la disparition de l’homme ancien qui devait accepter d’être régénéré ou de disparaître.

Atlantico

(merci à Sacripant)

Étiquettes : , , , ,

96 responses to “Et le génocide vendéen alors ? (Atlantico)”

  1. bobo says :

    Les féodaux ont donné la France aux allemands pour se venger de leurs privilèges perdus comme ils la donneraient maintenant à momo sans problème !

    Voilà le secret de l’alliance d’une petite partie des fds avec momo ! ces derniers y verraient un retour de leurs vieux droits grâce à cette religion tout droit sortie de l’enfer.

    Ils s’accaparent des pauvres vendéens alors qu’ils devaient déjà bien être au chaud en Angleterre !

    Ils me rappellent les riches colons d’Algérie toujours à trafiquer avec le mal.

  2. bobo says :

    Au fait combien de familles nobles au ministère des affaires étrangères de la frankestine ?

  3. Le Celtique says :

    @Imperator.

    Beaucoup d’historiens ont tenté de faire croire que les crimes et l’action sanguinaire des révolutionnaires s’expliquaient par les moeurs d’ancien régime toujours fortement encré à la Révolution. Hors avec la Révolution, on entre dans une toute nouvelle logique qui n’a plus rien à voir avec celle de l’Ancien régime.
    On justifie rationnellement par le discours, par les idées et par une dialectique intellectuelle l’élimination de femmes, d’enfants, de toute une population.
    La royauté avait un rapport affectif aux choses. Une révolte tournait vite à une question de fidélité envers le roi. C’est presque le rapport personnel, charnel avec toute la subjectivité qu’il y a derrière. La rationalité révolutionnaire rend les choses plus froide, plus mécanique, plus systématique, plus globale et totale… plus inhumaines et impersonnels aussi. En se radicalisant (par les guerres extérieur et intérieur) les Révolutionnaires entrent dans la logiques du tout ou rien, voient les modérés comme des ennemis rappelant le procédé de radicalisation totalitaire des bolchéviques dans la guerre civile et envahis eux aussi à l’époque par toute l’Europe plus le Japon.

  4. Philippe Landeux says :

    @ Le Celtique et Imperator

    Le problème, c’est que vous ne répondez pas à la question : que devait faire la République ou quelque autre régime face à des insurgés acharnés. Avait-elle le droit naturel de se défendre ou devait-elle laisser les « Vendéens », mais aussi les Chouans, les Prussiens, les Autrichiens, les Anglais, les Espagnols, les Piémontais l’anéantir ? Si la réponse est oui, il était fatal que des exactions soient commises ; si la réponse est non, au nom de quoi ?

    Je maintiens que « brigands » désignait les bandes armées et non la population. Voici par exemple un extrait d’un arrêté du Comité de salut public du 26 juillet. « Les femmes, les enfants et les vieillards seront conduits dans l’intérieur ; il sera pourvu à leur subsistance et à leur sûreté avec tous les égards dûs à l’humanité. » Avouez que c’est une bien étrange précaution de la part de gens que l’on accuse de génocide !

    … Je voulais continuer cette discussion, mais je dois filer

    @ brossachiote

    « pour les profanes, ce film est un très bon résumé et en plus c’est beau, artistiquement. bon, ça va ? vous êtes contents maintenant ? »

    Non, justement ! Commencer par raconter n’importe quoi à des gens qui ne connaissent rien et qui, bien souvent, ne s’informeront pas plus, c’est les tromper et les endoctriner. C’est cela que je reproche en particulier à la deuxième partie de ce film totalement biaisée, partisane et anti-historique. Et vous appelez cette bouillie « un bon résumé » ! Résumer ne veut pas dire tout déformer, comme c’est le cas ici.

  5. Nabulione says :

    Que devait-elle faire ? Elle est bien bonne, celle-là !!! Donner la parole au peuple, tiens, puisqu’elle prétendait gouverner à son nom !!!

  6. Andy Capet says :

    @ Philippe Landeux
    Lisez « Du Génocide au Mémoricide » de R. Secher. La première partie expose de manière très clinique les textes de loi révolutionnaires où l’on lit les ordres, les commentaires, les rapports, au sujet de la Guerre de la Vendée (dixit).
    Ces gens-là, comme les Pol Pot, Hitler ou Staline à venir, n’avaient aucune considération pour les populations. Leur sentiment ? Y’a trop de bouches à nourrir et une petite saignée ne fera pas de mal. On les remplacera par de bons révolutionnaires comme il faut… L’homme nouveau. Dire que j’en connais des comme ça encore. Vous connaissez les mêmes… Putain, et dire qu’on parle de Grand Chelem pour 2012 pour la Gôche. Dont je viens. Shame on me. Arghhhh.

    Décider de supprimer toute une population au seul motif de leur appartenance à une aire géographique, sans distinction de sexe, d’âge, de religion, de conviction politique, ça s’appelle comment ? Ca a commencé par une guerre civile. Ca a basculé dans le génocide, notamment avec Turreau et les colonnes infernales qui avaient ordre de tout brûler sur leur passage, ordres écrits et lois de la Convention et du Comité de Salut Public. Ce n’est pas 1 ou 10 mais 1000 Oradour-sur-Glane.Pendant 1 an. (OK, je me décerne 1 point Godwin). On parlait de « La dépopulation », décryptée Gracchus Baboeuf (un coco) qui inventera même le terme de populicide, terme qui en passera pas à la postérité, mais définissait déjà ce qu’on appellera Génocide, pour les juifs de la seconde guerre mondiale.

    Moi-même vendéen, je ne suis pas sûr que mes ancêtres étaient « de souche » et/ou blancs. Je ne peux faire parler les morts. Peut-être suis-je descendant de ceux qui ont pris la place des exterminés, voire les ont tuer auparavant… Bon, en tout cas, sûr, je ne descends pas d’un cul-levé… (peut-être le coude). Il serait simplement bon de sortir des poubelles de l’Histoire ce sinistre passage. Et se rincer le cerveau des leçons de certains profs d’histoire. Quand bien même je descendrais d’un génocidaire. Ensuite, la France faut l’assumer, avec ses conneries comme ses réussites. Je crois savoir quelle société je veux laisser à mes petits-enfants. Malgré ces erreurs, nous étions arrivés à l’une des formes de collectivité les mieux abouties. Loin derrière la Suisse toutefois, à laquelle je souhaite longue vie.

    Pour les envieux, pour Noël, ici, en Vendée, c’est, comme chaque année, un vitrail de la nativité sur les abris-bus, des crèches dans les églises et aucune visibilité arrogante d’une quelconque minorité. Car sinon, c’est la version locale du mariage républicain nantais de 93/94 : dans le chenal de la Chaume, pour les perturbateurs…

    Bientôt l’asile politique pour vous ici ? Suis pas loin de le penser quand je vois le nombre de retraités qui viennent ici souffler après 40 ans de Panam et de « diversitude »…

  7. fandesouche says :

    A Saint-Florent, le tombeau de Bonchamps, le général vendéen qui a gracié des prisonniers républicains peu avant sa mort, attire encore de nombreux visiteurs, et ce général a encore de nombreux admirateurs dans la région nantaise (la mémoire des guerres de Vendée est encore très vivace dans les milieux cathos nantais).

  8. Louise Chantilly says :

    il se doit d’abord d’abroger les lois d’extermination et d’anéantissement votées les 1er août et 1er octobre 1793. Comment peut-on imaginer, comment peut-on accepter que de telles lois restent dans notre arsenal législatif ?
    ________________

    Ils sont seulement prévoyants, sait-on jamais ?

    _____________________

    Le Celtique says : 28/12/2011 à 13:50

    La Révolution Française sera également un des grands modèles des révolutionnaires bolchéviques et de Lénine. On ne s’étonne pas alors de la politique de la “terreur rouge” calquée presque entièrement sur son ancêtre français.
    Edmund Burke contemporain de l’époque a livré une grande analyse critique de la Révolution Française.

    _______________________

    Vous me l’avez ôté du clavier, je suis en train de relire Tant que la terre durera » et « Le Sac et la cendre » de Henri Troyat ce furent exactement les méthodes des bolcheviques, exterminer tous ceux qui sont opposés ou qui ne peuvent pas devenir « l’homme nouveau », se débarrasser de l’aristocratie, du clergé, des bourgeois, de la famille impériale.

    Dans ce cadre, il s’agissait de créer l’homme nouveau, ce qui passait obligatoirement par la disparition de l’homme ancien qui devait accepter d’être régénéré ou de disparaître.

    Plus j’avance dans la lecture de ce livre, plus j’y trouve des analogies terribles avec notre situation d’aujourd’hui et l’idéologie des gauchistes du XXI siècle qui n’ont pas évolué d’un iota pour lesquels l’homme nouveau est l’immigré, l’arabe, le Noir, les fds ont remplacé les familles royales, l’aristocratie, le clergé, les bourgeois des bolcheviques.
    Ça fait frémir.

  9. Nabulione says :

    Landeux m’a tout l’air d’un néga.ga ripou-blikain… 😯 🙄

  10. Louise Chantilly says :

    Correction de l’erreur de balises :

    Dans ce cadre, il s’agissait de créer l’homme nouveau, ce qui passait obligatoirement par la disparition de l’homme ancien qui devait accepter d’être régénéré ou de disparaître.

    Plus j’avance dans la lecture de ce livre, plus j’y trouve des analogies terribles avec notre situation d’aujourd’hui et l’idéologie des gauchistes du XXI siècle qui n’ont pas évolué d’un iota pour lesquels l’homme nouveau est l’immigré, l’arabe, le Noir, les fds ont remplacé les familles royales, l’aristocratie, le clergé, les bourgeois des bolcheviques.
    Ça fait frémir.

  11. YannC says :

    Louise Chantilly says : 28/12/2011 à 17:58

    il se doit d’abord d’abroger les lois d’extermination et d’anéantissement votées les 1er août et 1er octobre 1793. Comment peut-on imaginer, comment peut-on accepter que de telles lois restent dans notre arsenal législatif ?
    ____

    Ils sont seulement prévoyants, sait-on jamais ?

    ————————————————————

    Non, ils sont impuissants. On aurait tort de croire que ces lois impossibles à réformer sont le le fruit d’une volonté politique assumée ; la république est tout simplement mal à l’aise avec ses « avancées » , elle les fuit, elle les nie, elle les renie mais ces fantômes reviennent la hanter.

    La nature de « la République » est 1/ d’engendrer des « alpha » 2 /sans pouvoir les éteindre ensuite –> traduction : une succession de cancers + chacun éteignant le précédent et essayant de ne pas être assez virulent pour ne pas prendre de vitesse et submerger le suivant –> la technicité culturelle de la république est donc de maîtriser/réguler tous les cancers qu’elle engendre –> alors chaque génération est, certes, « parricide » mais pas encore enfanticide (le parricide étant intrinsèquement accepté, notez-le, parce qu’il n’est jamais perçu comme tel, comme un problème ;et il n’est jamais perçu comme tel car il est mis en balance non pas avec l’absence de parricide -attitude la plus normale- mais avec l’absence .. d’enfanticide ; entre ces 2 maux, le premier semble alors plus inoffensif –> sauf que désormais l’immigration-de-masse, vue comme un suicide, sonne comme la phase deux de ces –icides où, après le parricide -meurtre de la génération culturelle précédente- , on bricole un enfanticide -meurtre de sa propre part d’héritage-, ce qui est la suite « logique » .. puisque on a toujours refusé de soigner l’aspect parricide de la République ou échoué à soigner cet aspect).

    [mon avis perso est qu’on n’a ni échoué ni refusé de soigner mais refusé de VOIR qu’il y avait quelque chose à soigner, donc refusé de diagnostiquer le problème. Dénie, la crise française actuelle est une crise du diagnostic.

    –> Or notez que le political correctness est un instrument idéologique visant justement à à bloquer la barre dans la mauvaise position et à empêcher encore ce retour en grâce du « diagnostic » malgré la grande nécessité de passer outre (« diagnostic » qui consiste à nommer les choses, les gens, les évènements, à appeler un chat un chat, et tant pis pour les susceptibilités!), donc prolongeant les méfaits de la situation actuelle (en pire, puisque cette prolongation est alors due à une influence exogène, made in America, et non plus seulement endogène). Idem de la quasi excommunication de termes tel que « Discriminer » , « Mérite » qui, tous, ont en commun de vouloir identifier et diagnostiquer les problèmes. Voilà les VRAIS enjeux en cours (des enjeux sous-jacents) qui gouvernent tous les autres (ceux de surface, plus politiques).

  12. YannC says :

    edit : alphas = sortes de prémices

  13. COLOCOCO2 says :

    Génocide pas génocide ………..Pour moi y’ a génocide vendéen !
    Quand on élimine hommes femmes enfants et enfants à naitre, ce n’ est pas une guerre civile, c’ est un génocide, quelque soit le nombre concerné .
    SEBRENISKA par contre n’ est pas un génocide.

    Sur l’ ensemble des commantaires, le seul qui releve de la Vérité absolue est celui qui dit que seuls les vaincus sont génocidaires ./

  14. force 777 says :

    oui
    il ya les bons génocides, déguiser en révolution…
    les mauvais génocides où tout est basé sur la percécusion de l’homme sans chercher les causes

  15. Le Celtique says :

    Le 27 juillet 1793 (date à laquelle arrive Robespierre dans le Comité de Salut Publique) le Comité de Salut Publique vote deux lois. Ces deux lois divisent la population en Vendée en trois groupes. La première partie est « déporté » (jutilise le terme de l’époque), c’est la population dont vous parlez dans votre message. Mais une autre parti des la population n’y est pas inclu, c’est la Vengée, la « Vendée militaire » et c’est sur ce territoire qu’il y aura génocide (770 communes). Elimination systématique + destruction. Oui on parle de brigands, mais on comprend que ce n’est pas seulement aux brigands qu’ils en veulent, c’est une formulation de déshumanisation… si courante dans les génocides.

    Le Comité de Salut Publique donne l’ordre à Thurreau et le menace de mort s’il ne marche pas sur le champ pour « tout exterminer ».

    Voici quelques déclaration de l’époque.

    Westermann écrira au Comité de Salut Publique  » …il n’y a plus de Vendée. Elle est morte sous notre sabre libre avec ses femmes et ses enfants […] suivant les ordres que vous m’aviez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux , massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher « .

    Une proclamation de Francastel affichée à Angers, le 24 décembre 1793, déclarant : « La Vendée sera dépeuplée, mais la République sera vengée et tranquille… Mes frères, que la Terreur ne cesse d’être à l’ordre du jour et tout ira bien. Salut et fraternité. »

    Carrier dans une lettre du 12 décembre 1793, adressée au général Haxo« Il est bien étonnant que la Vendée ose réclamer des subsides, après avoir déchiré la patrie par la guerre la plus sanglante et la plus cruelle. Il entre dans mes projets, et ce sont les ordres de la Convention nationale, d’enlever toutes les subsistances, les denrées, les fourrages, tout en un mot dans ce maudit pays, de livrer aux flammes tous les bâtiments, d’en exterminer tous les habitants… Oppose-toi de toutes tes forces à ce que la Vendée prenne ou garde un seul grain… En un mot, ne laisse rien à ce pays de proscription. »

  16. Le Celtique says :

    @Philippe Landeux
    Il est logique qu’un pouvoir politique tente de s’opposer à des forces intérieur qui veulent sa destruction. Il est donc normal que le pouvoir républicain ait combattu les Vendéens révolté. Mais et c’est là que nous divergeons, il n’est pas normal qu’un gouvernement utilise le massacre systématique sur une partie de sa population pour se maintenir au pouvoir. Et même si on n’adhère pas à la notion génocide, on peut dire qu’à côté des actions des révolutionnaires en Vendée Kadhafi et le président Syrien apparaissent comme des enfants de coeurs.
    Les lois d’extermination et d’anéantissement votées les 1er août et 1er octobre 1793 sont à se propos toujours en place… peut être par peur d’un nouveau soulèvement. Ils doivent se dire que ça peut toujours servir un jours.

  17. Colonel Paco says :

    Dans la lignée des galvaudeurs du concept de « génocide », lisca999 n’est pas mal non plus, quand il victimise les Serbes, alors que ce sont les plus grands bouchers des balkans, et que durant les guerres des années 90, ils ont eu le ratio victimes civiles/militaires le plus faible de la région!

  18. Nabulione says :

    Oui, sauf que le pouvoir républicain n’avait aucune légitimité démocratique, les élections de 1792 étant truquées. Seuls les Girondains et les Jacobins pouvaient se présenter. Et moins de 50% des Français votèrent… Publiquement !!! 😆

  19. VAUBAN says :

    Les révolutionnaires n’ont inventés qu’une seule chose : le génocide structuré, valorisé et commémoré. Merci à eux pour avoir été les précurseurs de l’immonde, on s’en souviendra…………..ça peut servir !

  20. VAUBAN says :

    Proclamation des insurgés de la Roche-Bernard‏

    En 1793 les paysans du Morbihan s’insurgent contre la conscription militaire. Le 15 mars, 5000 d’entre eux se rassemblent à La Roche-Bernard et adressent une proclamation pleine de bon sens aux républicains.

    « Écartez de nous le fléau de la milice, et laissez aux campagnes des bras qui leur sont nécessaires. Vous nous parlez d’ennemis qui menacent nos foyers : c’est là que nous saurons les repousser, s’ils viennent nous attaquer ; c’est là que nous saurons défendre contre eux et contre tous autres, nos femmes, nos enfants, nos bestiaux et nos récoltes, ou périr avec eux.

    Rendez à nos vœux les plus ardents nos anciens pasteurs ; ceux qui furent, dans tous les temps, nos bienfaiteurs et nos amis ; qui, partageant nos peines et nos maux, nous aidaient à les supporter par de pieuses instructions et par leur exemple. Rendez-nous avec eux le libre exercice d’une religion qui fut celle de nos pères et pour le maintien de laquelle nous saurons verser jusqu’à la dernière goutte de notre sang.

    Rendez à nos campagnes ceux de ces dignes pasteurs que vous retenez dans vos murs, et permettez à ceux qui se sont exilés de revenir nous distribuer les consolations dont nous avons grand besoin ; leur retour ramènera partout la paix, l’union, la concorde.

    Telles sont nos principales demandes. Nous y joignons notre vœu pour le rétablissement de la royauté, ne pouvant vivre sous un gouvernement républicain, qui ne présente à nos esprits que des idées de division, de troubles et de guerres. »

  21. VAUBAN says :

    Je suis toujours surpris de constater que certains soi-disant natios se réclament de la république. Ceci est parfaitement incohérent.

  22. pilou says :

    réponse : on s’en br*nle…

  23. Cadoudal says :

    « Une proclamation de Francastel affichée à Angers, le 24 décembre 1793, déclarant : « La Vendée sera dépeuplée, mais la République sera vengée et tranquille… Mes frères, que la Terreur ne cesse d’être à l’ordre du jour et tout ira bien. Salut et fraternité. »

    ******************

    c’est par la Terreur que l ‘on fait progresser les valeurs de « liberté, égalité et surtout fraternité »

    c’est le messianisme républicain, qui divise l ‘humanité en deux parties:

    les « bons » : républicains, humanistes,athées , démocrates;

    les « mauvais »: monarchistes , catholiques ,inaptes au progrès, à massacrer .

  24. Phenix17 says :

    test

  25. DESOUCHENAUTE says :

    .
    L’AN II REPETITION DU GENOCIDE DU XXI ° siècle (en cours)
    (Toute analogie à une situation existante ou ayant existé n’est pas fortuite)

  26. Le Celtique says :

    La figure de ses aristhocrates résistant au pouvoir totalitaire de la République, fière, jeune, arrogants, prêt à la bataille ,ils m’évoquent complètement la figure de l’Homme Libre. La Fronde était déjà à l’époque une résistance à l’Etat centralisateur de Louis XIV.
    Les aristhos (si je ne me sens pas proche de leur caste) incarnaient vraiment un état d’esprit d’indépendance, de résistance et une revendication de l’Homme face à l’Etat.

    Je ne souhaite pas le retour de l’aristocratie au pouvoir, mais je pense que l’esprit aristocratique est largement plus libre que celui du français d’aujourd’hui, dépendant et demandant sans cesse l’intervention de l’Etat dans sa vie.
    L’Homme libre voilà l’ennemi de l’Etat providence, républicain, socialiste et laïque.

  27. Phenix17 says :

    PL24: « le génocide est plus qu’un massacre. C’est l’action volontaire par un État légitime d’exterminer systématiquement une partie de la population d’un pays. »

    Les journaux utilisent le mot dans ce sens, mais ils ont tort.

    D’après Raphael Lemkin, qui a inventé le mot génocide en 1943, ça signifie la destruction d’un peuple, et ça ne sous-entend pas qu’on massacre qui que ce soit.

    La définition de Lemkin a été confirmée par l’ONU (1948) :

    « Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :
    a) Meurtre de membres du groupe
    b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe
    c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle »
    d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe
    e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe »

    C’est ce qui permet de dire que la politique actuelle des médias/gouvernements occidentaux constitue bien un génocide des nations européennes. Il n’y a pas de doute que nos nations sont en cours de destruction. L’expression « génocide par substitution » est donc parfaitement appropriée, techniquement et juridiquement parlant.

    La page wikipedia-français sur le génocide donne une fausse définition: « un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée (d’une partie) d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales. »

    L’utilisation du mot « extermination » laisse entendre qu’il s’agit d’exterminer les gens, alors qu’en fait, il s’agit seulement de dissoudre la vie nationale d’un groupe afin de le faire disparaître par assimilation, par baisse des naissances, etc.

    Les dictionnaires sémitiquement corrects donnent délibérément de fausses définitions. Exemple de mon dictionnaire Hachette: GÉNOCIDE = « Extermination systématique d’un groupe ethnique ».

    L’expression « extermination systématique » se rattache évidemment au discours de gens comme Elie Wiesel à propos des Juifs et des Nazis. Ça les arrange de changer le sens du mot inventé par Lemkin, ce qui n’est pas très difficile à faire, quand on possède les médias et les sociétés éditrices de dictionnaires, et qu’en plus, on paye des gens pour travailler sur Wikipedia. Mais il ne faudra pas oublier de faire disparaître tous les écrits de Raphael Lemkin.

    Voilà ce que disait Lemkin :

    « Generally speaking, genocide does not necessarily mean the immediate destruction of a nation, except when accomplished by mass killings of all members of a nation. It is intended rather to signify a coordinated plan of different actions aiming at the destruction of essential foundations of the life of national groups, with the aim of annihilating the groups themselves. The objectives of such a plan would be the disintegration of the political and social institutions, of culture, language, national feelings, religion, and the economic existence of national groups, and the destruction of the personal security, liberty, health, dignity, and even the lives of the individuals belonging to such groups. » (source: wiki)

    Ma traduction :

    « En règle générale, le génocide ne désigne pas forcément la destruction directe d’une nation, sauf s’il est mis en oeuvre par des massacres visant tous les membres d’une nation. Il s’agit plutôt d’évoquer un plan coordonné de différentes actions qui visent à la destruction des fondements essentiels de la vie de groupes nationaux, dans le but d’annihiler les groupes eux-mêmes. Un tel plan aurait pour objectif de désintégrer les institutions politiques et sociales, la culture, la langue, les sentiments nationaux, la religion, et l’existence économique de groupes nationaux, ainsi que d’anéantir la sécurité personnelle, la liberté, la santé, la dignité et même la vie des individus appartenant à ces groupes. »


    Commentaire perso: ça décrit bien ce que le gouvernement et les médias sont en train de nous faire.

  28. fandesouche says :

    Je crois me souvenir que le petit clergé était au début favorable à la révolution, mais on a obligé les prêtres à prêter serment à la constitution civile du clergé qui rendait le clergé dépendant de l’état (curés et évêques étaient élus) et non plus du pape. De ce fait de nombreux prêtres et évêques refusèrent de prêter serment, les prêtres réfractaires fidèles à Rome furent persécutés. Ce fut pour défendre l’église tout d’abord (et le roi ensuite) que les vendéens (de la vendée « militaire ») résistèrent.

  29. Phenix17 says :

    fandesouche: « les prêtres réfractaires fidèles à Rome furent persécutés. Ce fut pour défendre l’église tout d’abord (et le roi ensuite) que les vendéens (de la vendée “militaire”) résistèrent. »

    Leur conception de la vie était radicalement différente de celle des dictateurs parisiens. Les discours révolutionnaires à la con les indisposaient sûrement. Il y avait aussi la destruction des oeuvres d’art, la confiscation des biens collectifs qui finissaient dans la poche de fripouilles proches du gouvernement révolutionnaire, l’arrestation des opposants pacifiques, la dictature d’une façon générale, la publication d’un calendrier républicain avec des prénoms comme « charrue » et « carotte » à la place des noms de saints, les discours gauchistes complètement débiles, l’idée de mettre en place le culte de l’être suprême et de la déesse raison, la manie de vouloir faire la guerre à tout le monde, et cetera, et cetera, et cetera.

    Ce qui est bizarre, c’est que tout le monde n’ait pas fait comme les Vendéens.

  30. Augier Boward says :

    lionel luca et ses amis

    La définition du terme « Génocide » établie par le tribunal international de Nuremberg est la suivante : « On appelle crime de génocide la conception ou la réalisation partielle ou totale, ou la complicité dans la conception ou la réalisation de l’extermination d’un groupe humain de type ethnique, racial ou religieux ».

    Notre code pénal (art. L. 211-1) en donne quant à lui la définition suivante : « constitue un génocide le fait, en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d’un groupe déterminé à partir de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l’encontre de membres de ce groupe, l’un des actes suivants : atteinte volontaire à la vie ; atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ; soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe ; mesures visant à entraver les naissances ; transfert forcé d’enfants. »

    Ces définitions correspondent parfaitement aux actions menées par la convention à partir du premier août 1793. À ceux qui ne manqueront pas de rétorquer que la population de la Vendée militaire ne constituait pas à proprement parler un groupe ethnique, signalons que l’adjudant général Hector Legros considérait en l’an III que « le pays que nous appelons Vendée est formé de la presque totalité de la Vendée, de la moitié des Deux-Sèvres et du Maine-et-Loire et d’une grande partie de la Loire-Inférieure »

    http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3754.asp

    phoenix, notre code penal reprend bien les termes de lemkin

  31. Durand Dalle says :

    « Ce qui constitue une république, c’est la destruction totale de ce qui lui est opposé. »

    Saint-Just

  32. Marco says :

    Il n’existe pas une vedette du showbizzzz pipole qui puisse faire reconnaitre le génocide vendéen ?

  33. Phenix17 says :

    Ce qui est intéressant et utile, dans le point de vue de Lemkin, c’est qu’il défend les droits des groupes ethniques, et non pas les Droits de l’Homme.

    On peut donc utiliser Lemkin pour s’opposer à la politique du remplacement de population.

    Le point de vue de Lemkin s’oppose à celui de l’administration française, qui refuse de reconnaître les droits collectifs des groupes ethniques minorisés à l’intérieur de l’hexagone.

    Par exemple, quand une instance internationale décide de préparer une convention internationale pour la protection des droits des minorités nationales, les représentants de la France s’arrangent pour que ça devienne la protection des droits des personnes appartenant à des minorités nationales, ce qui rend la convention complètement inutile.

  34. Le Celtique says :

    @Phenix17

    Et c’est très bien comme ça.
    Si jamais on reconnait une existence légale des minorité, alors s’en est fini de l’idée de nation française. Les minorités n’ont pas le droit de se constituer en organisation. Elles doivent entrer dans le sang français ou partir.

  35. Phenix17 says :

    @Le Celtique
    Il ne faut pas mettre les minorités ethniques européennes dans le même sac que les populations immigrées du tiers-monde.

  36. PL24. says :

    @ Augier Boward says : 28/12/2011 à 23:52

    phoenix, notre code penal reprend bien les termes de lemkin.


    Forcément, notre code pénal a été entièrement remplacé par un nouveau code écrit par Robert Badinter en se fondant sur les Droits universels de l’Homme (de René Cassin).

    L’ancien code pénal, qui datait de Napoléon et qui faisait la synthèse du droit criminel de l’Ancien régime, se fondait sur une toute autre philosophie politique.

  37. PL24. says :

    @ Le Celtique says : 29/12/2011 à 01:28

    Elles doivent entrer dans le sang français ou partir.


    Donc elles doivent partir, compte tenu de leur nombre.

    On peut assimiler 0,1 % d’étrangers à chaque génération (1 personne sur 100), pas 30%, soit 18 millions en 30 ans.

    On ne peut pas assimiler 28 étrangers dans une classe où il n’y a que 2 français.

  38. PL24. says :

    @ Phenix17 says : 28/12/2011 à 23:03

    D’après Raphael Lemkin, qui a inventé le mot génocide en 1943, ça signifie la destruction d’un peuple, et ça ne sous-entend pas qu’on massacre qui que ce soit.

    La définition de Lemkin a été confirmée par l’ONU (1948) :

    « Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :
    a) Meurtre de membres du groupe
    b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe
    c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle”
    d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe
    e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe »

    ——
    Vous avez tout-à-fait raison.

    Et donc effectivement, nous sommes (nous Français en France) en train de subir un génocide: 200 000 avortements / an + 200 000 immigrés qui entrent légalement et prennent leur place.

  39. PL24. says :

    @ Nabulione says : 28/12/2011 à 19:15

    Oui, sauf que le pouvoir républicain n’avait aucune légitimité démocratique, les élections de 1792 étant truquées. Seuls les Girondains et les Jacobins pouvaient se présenter. Et moins de 50% des Français votèrent… Publiquement !!


    C’est beaucoup moins que ça, moins de 1 / 1000.

    Le suffrage mis en place par l’Abbé Siéyès était réservé aux « citoyens actifs ».

    Pour être « citoyen actif » il fallait être propriétaire (taxe foncière), avoir des revenus assez importants, et obtenir un certificat de civisme du comité révolutionnaire de sa commune.

    C’est avant 1789 que le suffrage universel existait, en particulier pour les élections municipales. Il y avait une voix par famille, et c’était la femme qui votait quand elle était chef de famille.

  40. francois2 says :

    PL24

    Et tout cela grâce à qui ?

  41. Phenix17 says :

    PL24: « Forcément, notre code pénal a été entièrement remplacé par un nouveau code écrit par Robert Badinter en se fondant sur les Droits universels de l’Homme (de René Cassin). »

    D’une façon générale, le résultat de l’activisme juif sur les lois françaises et sur les lois de l’Union Européenne est désastreux, mais par contre, c’est très bien d’avoir intégré les mots suivants dans la définition du génocide par le code pénal : « soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe », ce qui correspond à la fois à la définition donnée par l’ONU et par Raphael Lemkin (un Juif polonais).

    Maintenant, il ne reste plus qu’à faire juger les dirigeants de l’UMPS pour avoir soumis les Français à des conditions d’existence de nature à entraîner leur destruction totale ou partielle. Quelle est la peine prévue ?

  42. Nono La Commode says :

    Ça c’est un truc pour Cadoudal 😀

  43. pi31416 says :

    «Le Celtique says : 28/12/2011 à 19:02

    Voici quelques déclaration de l’époque.

    Westermann écrira au Comité de Salut Publique ” …il n’y a plus de Vendée. Elle est morte sous notre sabre libre avec ses femmes et ses enfants […] suivant les ordres que vous m’aviez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux , massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher “.»

    ______

    Chapeau ! Ce Westermann a fait son boulot. C’est pas comme Josué que Moïse avait envoyé faire la peau aux Madianites, et qui s’était fait méchamment engueuler parce que, désobéissant aux ordres, il n’avait pas massacré tout le monde, n’épargnant que les vierges pour les laisser à enfiler à ses soldats.

    Nombres.
    31.7 Ils s’avancèrent contre Madian, selon l’ordre que l’Éternel avait donné à Moïse; et ils tuèrent tous les mâles.

    31.10 Ils incendièrent toutes les villes qu’ils habitaient et tous leurs enclos

    31.12 et ils amenèrent les captifs, le butin et les dépouilles, à Moïse, au sacrificateur Éléazar, et à l’assemblée des enfants d’Israël, campés dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho.

    31.13 Moïse, le sacrificateur Éléazar, et tous les princes de l’assemblée, sortirent au-devant d’eux, hors du camp.

    31.14 Et Moïse s’irrita contre les commandants de l’armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient de l’expédition.

    31.15 Il leur dit: Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes?

    31.17 Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui;

    31.18 mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme

    Comme quoi, la Vendée, ça a existé en Terre Sainte aussi, et avec autant d’efficacité. La valeur n’attend pas les NOMBRES des années.

  44. Cadoudal says :

    l ‘immigration massive
    le métissage obligatoire
    la propagande pour l’ avortement et l ‘inversion
    sont de nouvelles tentatives de génocides exercées par la République contre la population française.

    avec les encouragements du Crif et de la Licra.

  45. Nabulione says :

    @ PL24. says : 29/12/2011 à 02:10 @ Nabulione says : 28/12/2011 à 19:15

    Oui, sauf que le pouvoir républicain n’avait aucune légitimité démocratique, les élections de 1792 étant truquées. Seuls les Girondains et les Jacobins pouvaient se présenter. Et moins de 50% des Français votèrent… Publiquement !!


    C’est beaucoup moins que ça, moins de 1 / 1000.

    Le suffrage mis en place par l’Abbé Siéyès était réservé aux “citoyens actifs”.

    Pour être “citoyen actif” il fallait être propriétaire (taxe foncière), avoir des revenus assez importants, et obtenir un certificat de civisme du comité révolutionnaire de sa commune.

    ***************************

    Non. ça c’est les conditions de la constitution de 1791 (à part le certificat de civisme). La loi électorale a été revue pour élargir le droit de vote. Mais, il n’y avait pas le secret du vote. Les élections n’ont donc été ni libres, ni sincères, ni disputées. Bref, une imposture totale !!!

    Les conventionnels n’avaient donc ni droits, ni titres pour proclamer la république, ni pour juger Louis XVI.

    C’était un pouvoir illégitime, illégal et dictatorial ! Et l’exécution de Louis XVI ne fut qu’un assassinat !!!

  46. pi31416 says :

    PL24. says : 29/12/2011 à 02:10

    Le suffrage mis en place par l’Abbé Siéyès était réservé aux “citoyens actifs”.

    Pour être “citoyen actif” il fallait être propriétaire (taxe foncière), avoir des revenus assez importants, et obtenir un certificat de civisme du comité révolutionnaire de sa commune.

    ________

    C’est comme de nos jours: il faut recueillir 500 signatures.

%d blogueurs aiment cette page :