Police : Faut-il supprimer les BAC ?

Article publié sur le blog de Laurent Mucchielli, sociologue.

L’image virile et agressive des BAC attire d’emblée un certain type de policiers. Il n’y a qu’à voir les écussons des BAC pour être dans l’ambiance : ce sont quasiment tous des têtes d’animaux sauvages montrant les dents et/ou les griffes…

Il n’est pas facile de rendre justice au livre publié en octobre dernier par notre collègue anthropologue Didier Fassin (La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, éditions du Seuil). En effet, d’un côté ce livre dit des choses fondamentales sur la façon dont la police nationale intervient souvent de nos jours dans les quartiers réputés sensibles et, plus largement, sur la façon dont le gouvernement français traite les habitants de ces quartiers. Mais, d’un autre côté, notre collègue a observé un cas extrême –

Une BAC commandée par un policier aux opinions d’extrême droite virulentes.

– auquel il donne un retentissement voire une valeur exemplaire qui semblent à tout le moins exagérés.Le risque est donc que beaucoup de citoyens (et parmi eux les policiers) rejettent en bloc ce travail qui peut pourtant permettre non seulement de dénoncer des pratiques violentes et racistes déshonorant la République […] Parions donc positivement que nos lecteurs seront capables d’entendre un message un minimum complexe et de faire la part des choses. […]

Didier Fassin a rencontré une équipe de policiers en partie atypique en ce sens qu’elle était un petit groupe d’hommes aux convictions d’extrême droite politisant en toute impunité des pratiques ouvertement violentes et racistes. Il s’agit donc d’un cas extrême car il semble par ailleurs établi que ces opinions politiques sont fréquentes mais pas non plus majoritaires chez les policiers. Dès lors, on ne peut pas considérer que les pratiques rapportées dans ce livre sont une description de ce que l’ensemble de la police nationale fait au quotidien. Cela étant, il n’en reste pas moins clair et révélateur que ce type de cas extrêmes existe et persiste, qu’il est donc toléré dans la police nationale. Il s’agit donc d’un cas qui se situe à une extrémité de l’échelle des possibles, mais pas en dehors des possibles. Nous sommes bien dans la réalité et il faut accepter de la regarder en face. […]

Contrôles au faciès systématiques, arrestations injustifiées de jeunes dont le seul tort est d’être dehors la nuit…

… provocations répétées alors que les jeunes font profil bas sachant ce qu’ils risquent, recherches délibérées de l’outrage ou de la rébellion pour pouvoir interpeller et faire des procédures, humiliations «gratuites» lors des contrôles d’identité et des fouilles à corps, insultes permanentes (tous les jeunes habitants les «quartiers sensibles» sont indifféremment appelés des «bâtards», les habitants sont globalement perçus comme des «sauvages»), propos racistes en tous genres («nègre», «crouille», «singe»…), démonstrations de force ridicules dans leur disproportion (exhibition menaçante de pistolet Flash-Ball hors de tout danger, appel et intervention de 4 équipages en voiture pour poursuivre 3 jeunes à pieds se révélant du reste innocents…), prises de risque extrêmement dangereuses dans la conduite automobile (équipage doublant un camion sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute à 150 km/h, pointes à la même vitesse en milieu urbain de nuit… !), provocations de gardes à vue injustifiées, auditions menées à coups de menaces et de mensonges pour masquer le manque de preuves, on en passe et des meilleures. […]

En réalité il ne se passe généralement pas grand chose durant les heures de travail des policiers de ce type d’unités. C’est tout particulièrement vrai la nuit où, du coup, les policiers s’ennuient le plus souvent. Ceci contribue beaucoup au fait qu’ils «sur-réagissent» lorsque, enfin, ils sont prévenus de quelque chose et peuvent démarrer sur les chapeaux de roues. Le résultat est souvent la disproportion que l’on a déjà signalée […]

Dès lors, le moindre jeune à cagoule ayant le malheur de passer par là a toutes les chances d’avoir droit à un contrôle plus ou moins musclé selon l’état d’excitation et de frustration des policiers.

Même chose si les policiers reconnaissent ou croient reconnaître une personne «connue défavorablement des services», qui sera logiquement suspecté de ce seul fait. […]

Voilà un vrai sujet de discussion de fond et c’est la raison pour laquelle il n’y a rien de scandaleux ni d’angélique à se demander s’il ne faudrait pas supprimer les BAC […] Force est de conclure que la police nationale française continue à tolérer des pratiques et des personnes dont les comportements violents et racistes la déshonorent et déshonorent la République. […]

Malgré tout ce que l’on vient de dire, nous ne pouvons pas suivre totalement notre collègue Didier Fassin dans ses conclusions les plus générales. Ayant d’un côté observé une BAC dirigée par un brigadier-major d’extrême droite raciste cherchant à recruter des hommes partageant les mêmes opinions et les galvanisant en ce sens, et ayant d’un autre côté constaté la situation de ghettoïsation de certains quartiers des agglomérations où la population est souvent majoritairement non-blanche de peau, D. Fassin en conclut que la police est l’instrument de la gestion post-coloniale des banlieues, qu’elle n’est là au fond que pour permettre à un système inégalitaire et raciste de perdurer. […]

L’image virile et agressive des BAC attire d’emblée un certain type de policiers. Comme le rappelle D. Fassin, l’iconographie est révélatrice. Il n’y a qu’à voir les écussons des BAC pour être dans l’ambiance : ce sont quasiment tous des têtes d’animaux sauvages montrant les dents et/ou les griffes… […]

Enfin, que penser de cette grille de lecture générale qu’est celle du post-colonialisme ? Rappelons qu’à travers la description de type ethnographique du comportement d’une unité de police, notre collègue D. Fassin prétend mettre à jour la nature post-coloniale de la société française (métropolitaine). N’est-ce pas aller un peu vite en besogne ? N’est-ce pas un peu trop ambitieux ? Constater l’exclusion socio-économique, les discriminations, le racisme et toutes les violences matérielles et symboliques subis beaucoup plus fortement qu’ailleurs par les habitants des quartiers dits sensibles est une chose (fait n°1). Mais est-ce causé essentiellement par le fait qu’ils aient le plus souvent la peau non-blanche ? Constater par ailleurs que la police nationale française est probablement un des secteurs de la fonction publique les plus conservateurs et les plus incapables de prendre acte du caractère multiracial de la société française est également une chose (fait n°2). Mais est-ce généralisable à toutes les composantes de l’État français ? Constater enfin que nous sommes actuellement dirigés par des hommes et des femmes politiques dont certains ont des opinions racistes est également une chose (fait n°3). Mais est-ce généralisable à la majorité de la classe politique ? Cela paraît difficile sans plus de preuves. Dès lors, déduire de ces trois faits que la France est une société post-coloniale ayant instauré un ordre racial (un apartheid) protégé par la police est un jugement qui semble trop rapide. A tout le moins, il faudrait pour le démontrer une recherche d’une toute autre ampleur, une recherche collective…

Le blog de Laurent Mucchielli – 29/12/2011

(Merci à AKULA)

Étiquettes : , ,

68 responses to “Police : Faut-il supprimer les BAC ?”

  1. sicher says :

    la GAUCHE est ses apparatchik n’aime pas la police

    les GAUCHISTES sont INCAPABLE de s’occuper de la SECURITE

    la gauche est …………………………..A.N.A.R.C.H.I.S.T.E

    ces gauchistes déguisé en sociologue sont un danger réel

    solution :
    -mettre ceux qui nie ou critique l’existence des forces de l’ordre dans 1 CAMP DE REEDUCATION

  2. Fr says :

    Et pourquoi pas supprimer la Police tout simplement? Ou peut-être recruter des jeunes des cités pour nous protéger? Les habiller de tenues de couleur rose, avec de jolis logo avec un gros et joli bisounours? Les victimes sont elles racistes quand elles appellent la police et qu’elles leur signalent que leur voleur porte une casquette et qu’il est de couleur?

  3. martin says :

    Et en même temps fat il supprimer le bac et le donner à tout le monde pour ne pas discriminer la Diversité ?

  4. bagadou says :

    Alors d’apres cette chose insignifiante ,la bac ne sert a rien .Et la sociologie ,a part nous les briser ,elle sert a quoi .Encore un jaloux ,sa femme doit fantasmer sur les hommes virils ,et ça ça le rend malade .Pisse copies de pacotilles .Tigre de papier .

  5. Louise Chantilly says :

    St-Michel says : 29/12/2011 à 18:21

    sacripant
    “Constater par ailleurs que la police nationale française est probablement un des secteurs de la fonction publique les plus conservateurs et les plus incapables de prendre acte du caractère multiracial de la société française est également une chose”
    ______________

    Tiens, j’aurais pourtant cru qu’ils étaient de plein pied dedans !

    Il faudra interdire la profession de sociologue, qui n’attire que des nuisibles de gauche.

  6. Le Mousquetaire says :

    Il faut être un loup pour chasser les loups. La BAC c’est le dernier rempart, si elle est supprimée il faudra s’attendre à une explosion de violence car, en face de nos joyeux CPF, il n’y aura plus personne de capable et de près à tout.

  7. Zottel says :

    Merveilleux article décrivant les équipages des BACs de France en sublimes héros modestes motivés par l’authentique sagesse du terroir !

    Merci de leur avoir rendu grace, ou peut on pétitonner pour exiger qu’ils soient équipés de Kalashnikovs tous neufs afin de mener plus efficacement leur combat quotidien ?

  8. Cauchon de Peillan says :

    Il faudrait en effet remplacer les BAC dans les culs de basse fosse du 9-3 et les quartiers nord de Marseille par des patrouilles de sociologues du CNRS. Avec leurs voitures personnelles bien entendu.

    Deux ou trois semaines, le temps que ceux-ci se fassent bolosser dans les règles et viennent supplier les flics de la BAC (racistes et néo-coloniaux) de les sortir de ce merdier, avec des Humvies à tourelle et du 12’7 de préférence.

  9. Nono La Commode says :

    Ce qu’il veut dire en fait c’est: « La BAC pour tout le monde. Pas de discrimination. »

  10. bara says :

    proprio d’un pub ouvert la nuit,je dit heureusement qu’il y a la BAC,sinon ce serait impossible la plupart du temps.

  11. Pepelemoko says :

    MUCCHIELLI fils ( l’auteur de ce libelle anti-policiers ) est bien connu du milieu policier pour son parti-pris anti-flics. Tous ses ouvrages sont marqués par une
    vision gaucho-bobo enrobée d’une phraséologie pseudo-criminologique.
    Sa crédibilité est nulle et ses  » analyse » l’expression typique de la méconnaissance de la gauche des vrais problèmes que rencontre la Police.
    Aussi je ne comprend pas l’audience que vous lui accordez.
    Les policiers des BAC font un travail remarquable. Dans le climat d’hostilité qu’ils rencontrent, il faut au contraire leur rendre hommage d’arriver à un self- contrôle que l’on ne voit dans aucune police au monde ( peut-être à la rigueur la police anglaise ). S’il n’y avait pas les BAC les rues seraient livrées totalement à la pègre ! Tous les flics savent celà et une multitude d’émissions de télévision l’atteste, pour peut que l’on ait un minimum d’objectivité.

  12. Bouc du Rove says :

    Faut-il supprimer les BAC ?
    ————————————

    NON ! c’est les BICS qu’il faut supprimer ……………

  13. Greg Le Missionnaire says :

    Faut- il se faire faire un deuxième trou du cul, voir un troisième ?

  14. niko says :

    cet article est une belle connerie, j’ai ete contrôlé une fois par la bac de toulouse, ils se sont montrés tout a fait « normaux »

    cet article laisse croire qu’il n’y aurait que des animaux enragés parmi eux

  15. Kromag says :

    Je me suis déjà fait attraper par la BAC de Dijon avec des potes après une soirée bien arrosée, on faisait de la balançoire et du toboggan en pleine nuit dans une école maternelle.

    On a eu le droit à une fouille au corps et tout, mais sinon ils ont été sympas, et ils se sont bien foutus de notre gueule 🙂

    Ha et ils m’ont dit quand ils nous on sorti : « Vous avez eu de la chance que le portail était fermé, sinon on aurait envoyés les chiens. »

    On a jamais recommencé.

  16. Caudeval says :

    Il faudrait que les BAC reçoivent la médaille d’honneur de la police et pourquoi pas celle du T.O.E. pour celles qui opèrent en zones péri-urbaines dans lesquelles les moudjahidin mènent une véritable guérilla et revendiquent eux-mêmes une extra-territorialité !
    Pour la dotation en armes d’épaule un AK 74 tchèque ou un SIG 550 suisse devraient convenir.

  17. rallouf says :

    Si toi aussi frère musulman tu es discriminé au faciès pendant ton viol sur une
    blanche ou ton deal de cannabis.
    écris vite a Laurent Mucchielli,il trouvera une solution a ton problème

  18. Alex says :

    « arrestations injustifiées de jeunes dont le seul tort est d’être dehors la nuit »

    Il est vrai que n’importe quel citoyen honnête et travailleur vagabonde sans crainte dans les rues la nuit, tant la sécurité, le respect et la courtoisie y règnent en maître ! Vraiment, quel scandale de contrôler l’identité de quelques jeunes qui ont eu le malheur de se poser sur un banc pour tranquillement fumer des joints en écoutant du rap à fond (pour le plus grand plaisir des riverains qui auront été enrichis par cette douce musique au détriment de leur nuit de sommeil) à seulement 100 mètres d’un lieu où auront été commis des actes de vandalisme, avec lesquels ils n’ont bien sûr rien à voir puisque prétendre le contraire serait raciste, fasciste et stigmatisant…

%d blogueurs aiment cette page :