BHL : «Et si le sort de l’Europe se jouait, aussi, à Budapest ?»

Tribune Libre de Bernard-Henri Lévy sur la Hongrie dirigée par Viktor Orban publiée sur le site du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (Crif).

il n’est pas inconcevable qu’il se trouve, en Europe, un nombre grandissant de gens pour voir dans ce laboratoire hongrois la mise en œuvre de leur projet de moins en moins secret : défaire l’Europe, s’en défaire et se défaire, par la même occasion, d’un corset de règles démocratiques jugé, comme dans les années 1930, inadapté en temps de crise.

L’Europe met la Grèce au ban de ses nations pour manquement – il est vrai, carabiné – aux règles de la bonne gouvernance économique et financière. Il y a dix ans – et elle avait raison – elle stigmatisait une Autriche dont les dirigeants faisaient alliance avec le leader d’extrême droite Jörg Haider. Eh bien, il y a aujourd’hui, au cœur de l’Europe, […]un pays qui renoue avec le chauvinisme le plus obtus, le populisme le plus éculé, la haine des Tsiganes et des juifs mués, de plus en plus ouvertement, comme aux heures les plus sombres de l’Histoire du continent, en boucs émissaires de tout ce qui ne va pas. […]

Crif

Étiquettes : , , , , , ,

68 responses to “BHL : «Et si le sort de l’Europe se jouait, aussi, à Budapest ?»”

  1. Solidariste says :

    Cadoudal. BHL est franchement mauvais et je ne lui ferai pas l’honneur de le qualifier de « génie pervers ».
    Je trouve que tes qualificatifs s’appliquent plus à Attali que je trouve très intéressant bien que ne partageant pas ses idées. BHL ne suscite pour moi vraiment aucun intérêt.
    Bien sûr il n’a pas commandé l’armée française officiellement, mais ce guignol s’est tout de même pris pour le M.A.E. et a d’ailleurs réussi à le court-circuité bien correctement.
    Je peux t’assurer que, d’après ce qu’un député m’en a dit, « l’écrivaillon » n’était pas vraiment apprécié au Quai d’Orsay ni par les miloufs d’ailleurs puisqu’il s’est amusé à compromettre (impunément évidemment) le secret-défense en balançant des informations dans les journaux sur le déploiement des militaires français sur le sol libyen (et ce en violation des accords pris au niveau international).

  2. ELSASSER 2 says :

    le plus fascinant est qu’il y a des gens qui l’interwieu?????… Il se croit vraiment ministre hein!… cela devient visible sa detestation des goys!

  3. francois2 says :

    Et si le sort de Béhacelle se jouait « au pays », puisque le sire se considère plus est-méditerranéen que « desouche » ?

  4. alex says :

    Je crois que pour une fois BHL a un peu raison, la Hongrie est un laboratoire, si ca marche, pourquoi pas nous? soyons audacieux!

  5. Vagalame says :

    BHL mis à nu sur une vidéo de Jade Lindgaard.
    Jade Lindgaard et Xavier de La Porte ont été parmi les premiers journalistes à démonter le système BHL avec leur ouvrage « Le B.A.BA du BHL » paru en 2004 aux éditions la Découverte. Dans un entretien sur OummaTV, Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart nous présente la réédition de ce livre en septembre 2011, dans une version très largement actualisée.

    Elle revient sur l’imposteur BHL, décrit ses réseaux d’influence, et démontre qu’il n’est pas un philosophe. Elle révèle également que pour faire face à la forte baisse des ventes de ses livres, BHL toujours à la recherche de nouveaux espaces de promotion, adopte une nouvelle stratégie en cherchant à être présent sur le net, principal lieu de sa contestation.

    http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/people/article/bhl-mis-a-nu-32017


    BHL mis à nu sur une vidéo d’Alain SORAL.

    La référence d’Alain SORAL
    http://www.youtube.com/results?search_query=Arielle+Dombasle-Isabelle+Illiers-Kinsky+Les+Fruits+de+la+passion&oq=Arielle+Dombasle-Isabelle+Illiers-Kinsky+Les+Fruits+de+la+passion&aq=f&aqi=&aql=&gs_sm=e&gs_upl=77156l77156l0l78625l1l1l0l0l0l0l329l329l3-1l1l0

    Mais aussi la kilmographie.
    http://www.cinemotions.com/modules/Artistes/fiche/5733/Arielle-Dombasle.html

  6. Denfer says :

    BHL !!! Les Printemps Arabe c’est bon pour Israël …

  7. sacripant says :

    sacripant says : 13/01/2012 à 00:38 http://www.courrierinternational.com/article/2012/01/09/a-ceux-qui-ont-colle-une-etoile-jaune-sur-ma-boite-aux-lettres

    Le fait que le gouvernement postcommuniste au pouvoir de 2002 à 2010 se soit distingué par un climat de corruption sans précédent et ait mené le pays à la ruine économique n’a fait qu’alimenter un stéréotype déjà profondément ancré dans les esprits selon lequel les socialistes sont des juifs, lesquels sont des voleurs. Les socialistes sont exclus des médias. On cherche à sanctionner rétrospectivement les ex-communistes. Et la haine fonctionne exactement dans le cas inverse. Tout conservateur, voire tout chrétien, est traité de fasciste.

    Quel dommage! A la fin des années 1980, les prédécesseurs des actuels conservateurs, socialistes et libéraux, étaient parvenus, ensemble, à faire tomber le rideau de fer. Tous avaient contribué à faire de la Hongrie une société libre et démocratique, membre de l’Union européenne et de l’OTAN. Or, à en croire aujourd’hui les discours des conservateurs, des socialistes et des libéraux, les démocrates auraient disparu du paysage hongrois. Seul celui qui parle en est un.

    C’est dans cette culture de la mise à mort par le verbe de l’adversaire politique que sévit un nouveau parti d’extrême droite : le Jobbik. Celui-ci suit une ligne ouvertement raciste et n’a pas dévoilé clairement, jusqu’à présent, quel était son rapport aux principes fondamentaux de la démocratie. Les socialistes aiment le Jobbik : il leur permet de discréditer le Fidesz, accusé d’en être un “proche parent”. Les nouveaux Verts (LMP) ont même voulu former une coalition avec le parti d’extrême droite, dont le Fidesz tente de récupérer une partie des électeurs en lui emboîtant le pas de temps en temps.

  8. Jack Merridew says :

    alex says : 12/01/2012 à 23:50

     » Je crois que pour une fois BHL a un peu raison, la Hongrie est un laboratoire, si ca marche, pourquoi pas nous? soyons audacieux!  »

    Oui mais ça ne marchera pas.
    Orban est un démagogue qui manipule une partie du peuple hongrois. Il a simplement joué les braves pour mieux négocier une aide économique contre son « renoncement » .

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/01/12/013-hongrie-politique-difficultes-economiques.shtml

    Les medias canadiens et suisses sont visiblement plus aptes à éclairer le lecteur français que les medias « républicains », tous atteints de diarrhée botulique.

  9. radio ginguette says :

    qu’a fait l’islande en prison les responsables de la dette ancien premier ministre en examen pour negigence dans la gestion de la dette et maintenant en 2012 croissance de+ 2.7 .http://www.surysur.net/sites/defaull…la recette est la et la hongrie a du le voir

  10. Caudeval says :

    Mais non, le sort de l’Europe donc du Monde se joue à Béni Saf (Algérie Française).

  11. gigi-3 says :

    A en croire le communautariste juif BHL, la Hongrie ne serait plus un pays démocratique. Mais ce n’est pas le même énergumène qui conchie « la saloperie souverainiste » ? Il reproche aux Hongrois leur « chauvinisme ethnique », mais sa communauté n’a-t-elle pas traversé les siècles en s’appuyant sur la filiation charnelle ? Il n’y aurait donc que les juifs qui auraient le droit à « la pureté ethnique » mais pas les autres ? En voilà une prétention !

  12. Capitaine caverne says :

    C´est bien mais il ne se dira pas inconditionnellement attaché á la France.
    Au contraire il ferait des remontrances á celui qui oserait dire ca.

  13. Zorba says :

    Partout oùGHL passe, c’est le chaos.

  14. Arlynet says :

    tout était parfaitement décrit dans un livre paru chez Laffont en 93 et disponible en ligne actuellement, il suffit de taper « de la peste et du reste » dans Google.

    Un extrait :
    A leurs yeux, l’étranger n’existe pas. Ils l’ont supprimé de leur dictionnaire. Si, par exemple, un homme se présente à eux dont l’accent et ineffaçable, s’il reste trop visiblement marqué par son Europe centrale, s’il s’agit d’un écrivain de Bohême qui raconte des souvenirs pourtant tres locaux, ils soulignent volontiers qu’il est né en Hongrie ou en Slovénie, de parents tcheques, que son enfance s’est déroulée à Prague, qu’il a fait ses études en Allemagne, obtenu une bourse aux Etats-Unis, etc. Quant aux confessions religieuses la seule qui leur est tolérable est celle qui les mélange toutes. Enfin, en ce moment à Paris dès qu’il est question de la Slovaquie ou de la Croatie, on voit monter au feu une brigade d’urgence de pompiers idéologues qui nous déclarent que ce sont là des inventions, que ces pays n’existent pas, tant de métissages ont eu lieu qu’il est impossible de dire qui est fils de l’un ou de l’autre, etc. Cette façon de ramener sans cesse la question des nationalités aux origines gé~létiques de l’indi vidu est irréfléchie ou malhonnête dans le meil leur des cas. Dans le pire elle est vicieuse car elle tend à assimiler désir d’identité culturelle et racisme. Peu importe qu’un compositeur de danses slo vaques soit né en Poméranie ou élevé en Alle magne. Qu’il soit d’origine japonaise, juive, tur que, on s’en moque complètement. (D’ailleurs les plus fervents connaisseurs des folklores nationaux d’Europe centrale ont été des juifs, notamment chez les musiciens, et chez vous, en Hongrie, on ne compte plus les patriotes d’ascendance turque.) Si notre compositeur passe sa vie dans les conservatoires et bibliothèques de Bratislava, il est slovaque de plein droit. Mais si on remplace le conservatoire de Bratislava par un Music Center il n’est plus rien du tout. Oui, on mesure bien l’épouvantail que représen tent actuellement les  » tribus  » pour les interna tionalistes: elles propagent et perpétuent en vérité toutes les formes de la culture, y compris celles qui leur échappent. Leur problème est bien là. De même que chez nous en France tout ce qui touche à la paysanne rie, aux régions, au folklore leur est suspect jusqu’au délire, ils considèrent que de petits peuples comme le vôtre risquent de mettre le feu aux poudres en réclamant leurs droits. Pour un peu ils vous disent qu’il faut nettoyer les Balkans de tous les nationalismes. N’avons-nous pas déjà entendu ce vocabulaire dans l’histoire ?

  15. fish82 says :

     » se jouait, aussi, à Budapest « . Cet « aussi », c’est du BHL tout craché. Même son style d’écriture est irritant !

  16. Jack LLang says :

    Voila un peu de musiques folklo hongroise pour monsieur BHL…histoire de lui montrer que les Hongrois ont encore qqch a defendre…

  17. Imperator. says :

    Les gens comme BHL, sous leur ton condescend, sont mo.rts de tro.uille!

    Les peuples européens aspirent à être eux même, et non à devenir des nomades sans origines, sans culture ni tradition!

    Bon ceci dit, il faudrait que les Hongrie fassent attention à ce qui ressemble à de l’irrédentisme. Leurs voisins n’apprécient pas spécialement….

  18. mrmacheprot says :

    Je me demandais où il était passé, depuis la guerre en Libye.
    Il nous manquait.
    Alléluia, le voilà de retour !
    Et toujours égal à lui-même… c’est-à-dire nul à vomir !
    Donc, Ruquier et Durand (pour ne citer que les goyim) vont bientôt l’inviter de nouveau.

%d blogueurs aiment cette page :