Taïwan : Des patients atteints du « syndrome des élections » chez les psys

Surcroît d’activité ce week-end à Taïwan pour les psychiatres : les médecins ont noté une hausse des cas de déprime, d’agitation, d’insomnie, de violentes sautes d’humeur et d’anxiété. Un ensemble de symptômes connu sur le nom de « syndrome des élections » : il y avait en effet une élection présidentielle.

Déprimes et anxiété ne sont pas les seuls symptômes détectés ce week-end. Autres effets secondaires fâcheux de cette échéance politique : les soignants ont aussi noté une augmentation des maux de gorge et de dos et de déchirures musculaires. Causés, pour beaucoup, par les meetings politiques pendant la campagne. (…)

Le Télégramme

Étiquettes : , ,

4 responses to “Taïwan : Des patients atteints du « syndrome des élections » chez les psys”

  1. Borowic1 says :

    Pour une fois qu’on parle de ce pays on pourrait choisir quelque chose de plus intéressant que cet article digne de Yahoo.

    Ce qui est intéressant c est que Mme Tsai même si elle a été battue réalise une beau score. Première femme candidate de l histoire d une élection majeure dans le monde chinois (au sens large) elle échoue de peu contre un président sortant crédité lui-même d un premier mandat honorable.

    Les points de rapprochement entre Mme Tsai et MLP sont nombreux, deux femmes candidates anti-système avec une fibre nationale affirmée, c est de bonne augure…

    .

  2. Gloups says :

    La politique à Taiwan est très complexe du fait de son histoire, et on peut difficilement appliquer un schéma à l’occidentale. Il faut se méfier de ce qu’on appelle « nationaliste » là bas.

    Le KMT, qu’on appelle Parti Nationaliste, est en fait le parti historique de Tchang-Kai-Chek (j’écris comme je l’entend à l’oral), qui défendait la vraie République de Chine sur le continent (démocratique, issue de Sun Yat Sen), et qui a dû se replier sur l’île suite à la victoire des communistes de Mao.

    Depuis l’origine, cette migration « chinoise » vers l’île devait être temporaire, et l’idée était plus tard de reconquérir le continent, afin de restaurer la République légitime. Ce ne fut jamais le cas. Le but n’est pas l’indépendance de l’île, car elle se considère comme la vraie Chine, celle du continent étant une usurpation de Mao et n’étant pas légitime.

    Le DPP, c’est le parti des Taïwanais « de souche », autrement dit les chinois (tribu Hakka majoritairement) qui ont migré sur l’île plusieurs siècles avant. Le DPP ne rejette pas les immigrés chinois « récents », mais refuse d’être considéré comme rattaché à la Chine. D’où la volonté d’indépendance.

    A cela se rajoute les aborigènes, véritable peuple de Taïwan occupant l’île depuis des millénaires (éthnies proches de celles de Nouvelle-Zelande, la souche génétique commune a été démontré scientifiquement).

    Il y a 20 ans, le sentiment d’identité taïwanaise était faible (15% des gens se réclamant Taïwanais). Aujourd’hui le chiffre est de 60%.

    De fait, nationalisme et l’identité du pays est un mélange complexe. Ce n’est pas comme en France où le sentiment d’identité française et d’appartenance à la Nation est intimement imbriqué.

    Tout ça pour dire qu’il ne faut pas sauter de joie en entendant dire que des Nationalistes ont gagnés !

  3. Antoine says :

    Je suis deçu que François de souche accorde du crédit a ces charlatans que sont les psychiatres. Des psychiatres qui se révèlent redoutable dans la chasse aux opposants au régime .
    Sachez que sous Sarkozy la legislation sur la psychiatrie ne cesse de se renforcer. Il y a un projet de loi prévu pour contraindre les gens à etre suivi par des psychiatres à leur domicile sous la contrainte des forces de l’ordre si la personne refuse les soins sous_contrainte ! (projet de loi sur les soins ambulatoires)
    C’est une veritable atteinte auxlibertés qui n’a rien à envier à l’Union Soviétique.

  4. DOUAY says :

    Ne riez pas trop: le 11 mai 1981, les pharmacies des « beaux quartiers » avaient été dévalisées en tranquillisants: en avril prochain,on risque le même phénomène quand certains ne se retrouveront pas au 2nd tour.
    Que dira le psy, sinon « Commencez à vous préparer pour la prochaine présidentielle, il n’y a que 5 ans à attendre !! »

%d blogueurs aiment cette page :