Tag Archive | élites

Le Maire (UMP) : «Il faut écouter la France des silencieux»

Pour ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, en charge du projet de l’UMP, la campagne pour les présidentielles «sera une campagne comme nous n’en avons jamais connu».

Les Français sont plus lucides que leurs élites, auxquelles ils reprochent de les avoir bercés d’illusions.

À quoi ressemblera cette campagne ?

Les Français sont inquiets. Ils attendent des réponses claires et précises à leurs difficultés: l’emploi, l’éducation, la sécurité, l’immigration. […]Pendant que François Hollande module, Nicolas Sarkozy décide. Au travers de son action, le président adresse un message ambitieux à chacun: l’avenir dépend de notre courage. 2012 n’est pas l’heure de la gauche. C’est l’heure des choix.

Redoutez-vous le score de Marine Le Pen ?

Le FN est une vraie menace pour notre majorité. À nous d’entendre la France des silencieux qui se donnent du mal et ne réclament jamais rien. […]

Le Figaro

Top 50 : «La France résiste très bien au matraquage permanent sur le risque de l’étranger»

Pour le sociologue Jean Viard, les résultats du Top 50 (Noah, Omar Sy, Jamel Debbouze, Dujardin… ) traduisent un «désir d’affection et de fraternité»

La société de la reproduction sociale, c’est des «Blancs normaux» , avec des parents «blancs normaux», qui s’échinent à faire des classes prépas, à être premiers en latin. Au fond, on a un conformisme de nos élites à mourir.

La créativité de la société s’est déplacée vers ces marginaux, ce qui ne fait qu’accroître la différence gigantesque entre la société de reproduction sociale à l’identique qui produit l’affrontement Sarkozy-Hollande-Bayrou et tous ces représentants de la périphérie qui portent problèmes de la société française. Un projet politique qui s’appuierait sur ces figures symboliques pour construire un «nous» qui intègre la diversité, ouvrirait des voies positives. […] Dans une société fondamentalement raciste, les résultats du Top 50 seraient différents. […]

Le JDD

Echangisme : le club des Chandelles, « c’est le club de DSK, de la jet set et du show-biz, d’avocats et de magistrats, de patrons et d’hommes d’affaires »

La brigade de répression du proxénétisme a réclamé la fermeture administrative de ce club sis 1, rue Thérèse (Ier arrondissement de Paris) à la préfecture de police qui, « pour des considérations d’opportunité et de procédure », l’a reportée au mois de janvier : « On les laisse faire la saison », dit un ponte. Suspecte de « tolérance », la patronne Valérie Hervé, 44 ans, est convoquée la semaine prochaine par la « Mondaine » puis par le directeur de cabinet du préfet qui prononcera la sanction.

Mais la dame étant bien sous tous rapports, « inconnue des services de police », « le trouble à l’ordre public » pas si manifeste et l’établissement « très bien fréquenté », les Chandelles ne risquent a priori qu’un mois de fermeture. Afin de ne pas nuire aux nuits parisiennes et à ses illustres clients : « Ce n’est pas une boîte à voyous, c’est le club de DSK, raille un enquêteur, de la jet set et du show-biz, d’avocats et de magistrats, de patrons et d’hommes d’affaires, mais aussi de Russes qui viennent avec des escort girls ».

Si Thierry Ardisson ou Frédéric Beigbeder n’ont jamais fait mystère de soirées libertines aux Chandelles, Dominique Strauss-Kahn l’a longtemps caché avant d’être démasqué. Depuis le scandale de New-York, DSK est persona non grata dans ce club du Palais Royal, a décrété la tenancière dans une interview unique au Bonbon nuit le 16 juin. Interrogée par ce fanzine pour noctambules sur les mœurs sexuelles de DSK et de Berlusconi, Valérie Hervé stigmatise alors « le recours à la violence pour assouvir leurs pulsions » et la « drague pressante » qu’elle appelle « du harcèlement ».

Libération

«La crise qui vient fait renaître des aspirations que l’on croyait éteintes»

Guillaume Roquette présente ses vœux aux lecteurs de Valeurs actuelles.

Les Français pressentent simplement que leur culture est un bien qu’aucune récession ne saurait balayer. En renouant avec leur identité, ils recherchent avec raison des valeurs communes pour affronter une modernité qui excite les rapports de force. Cette quête est notre histoire, elle n’a jamais été aussi actuelle

Les Français ne croient plus à une France délayée dans l’Europe, au multiculturalisme, à la mondialisation heureuse. Inquiètes, nos élites ne voient là que repli sur soi et autres tentations populistes. Elles ont tort.

Valeurs actuelles

Sécurité, immigration ou « made in France » : le consensus des élites européennes vole en éclats

Quand Marine Le Pen se prend à rêver d’un Front national centre de gravité de la vie politique française, il faut plutôt voir un phénomène européen de prise de conscience de la réalité de la désindustrialisation du continent.

Il se trouve qu’aujourd’hui l’objet d’un consensus élitaire en Europe est en train de voler en éclat, et que les hommes politiques sont forcés de se réintéresser à des sujets concrets et basiques, que sont la politique industrielle et la politique économique. Sans oublier ce qu’est une communauté politique et civique dans la mondialisation, soit dans un univers qui n’est pas extrêmement stable, voire relativement inquiétant pour les gens.

Lire l’article en entier…

Gare au clergé de l’idolâtrie financière

Par Xavier Raufer

“Les marchés par-ci… les marchés par-là…” : lisons, scrutons les médias – ou, devrait-on plutôt dire, suivons la grand-messe médiatique. “Les marchés” : la révérence prosternée de tant de journalistes, de droite ou de gauche d’ailleurs, tout pareil. Une foi d’autant plus brûlante que leur feuille de paye dépend quand même un peu de la ferveur des génuflexions, en un temps où, désormais, maints médias nationaux d’information appartiennent à des milliardaires. (…)

Minables maniaques de la conspiration ! Pauvres collectionneurs de complots ! Aujourd’hui, en matière de finance pousse-au-crime, les paranoïaques les plus échevelés sont quand même largement au-dessous de la vérité, telle qu’elle s’étale chaque jour dans la presse.

Lire l’article en entier…

Diversité : Le PS veut des élus «aux couleurs de la France»

Les socialistes espèrent faire élire l’an prochain une dizaine de députés issus des minorités. Le PS devrait passer la barre des 25, voire atteindre les 30 circonscriptions estampillées «diversité».

Le tri des élites, ça reste vrai en France. Il faut montrer patte blanche, au sens propre comme au figuré.

Les premières ne lui font pas peur, les symboles non plus. Lors des cantonales de 2008, Sabrina Ghallal, thésarde en économie de la santé, membre du PS «depuis le 22 avril 2002 au matin» et fille d’Algériens, empochait son premier mandat électif et était propulsée benjamine des conseillers généraux de France. Son alter ego masculin avait tout pour plaire : il était blond, de droite et s’appelait Jean Sarkozy. En juin, si tout se passe bien, rebelote. […]

Une Assemblée métissée rejaillira sur l’organisation de tout le pays, défend Benoît Hamon.» […]

Libération